Projet de Loi Macron : ce que nous en pensons !

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Le projet de loi Macron destiné à « lever les freins de l’activité » et « déverrouiller l’économie » englobe des problématiques extrêmement variées : travail dominical, transport en autocar, professions réglementées… À gauche comme à droite, des dissonances se font entendre. Voici quelques éléments pour vous aider à y voir plus clair !

Clarifications sur la démission de Sabine Faivre

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Communiqués

Sabine Faivre a annoncé la semaine dernière sa démission de Sens Commun après la lecture d’un document de travail réalisé par l’équipe Famille du pôle Études. En tant que responsable du pôle Études, je tiens à répondre aux critiques soulevées, qui pourraient injustement jeter le discrédit sur les travaux d’une équipe de plus de cent personnes.

Le pôle Études travaille sur de nombreux sujets, ceux-ci sont listés sur le site internet de Sens Commun et ont vocation à être débattus avec nos adhérents. Nos premières sessions d’ateliers, qui se sont déroulées en octobre dans plusieurs villes de France sur le thème de l’Éducation, ont démontré notre volonté de faire participer chacun au débat.

Pour débattre, il nous faut de la matière : c’est ce travail que le pôle Études réalise. Son rôle est, comme son nom l’indique, d’étudier les dossiers de fond en comble, d’examiner toutes les options pour pouvoir émettre à terme des propositions construites et constructives.

Ayant demandé à intégrer l’équipe Famille, Sabine Faivre a naturellement reçu une partie des travaux en cours. Je suis attristé du faux procès qu’elle en fait : les citations rapportées sont hors contexte et présentées comme des conclusions définitives alors qu’il s’agit de discussions non achevées et non validées. Le document qu’elle évoque, comme bien d’autres, nourrissent simplement la réflexion et le débat de nos équipes en interne. C’est uniquement au terme de ce travail d’exploration que le pôle Études présentera au bureau exécutif de Sens Commun un rapport et que ce rapport fera l’objet d’une validation. Et c’est uniquement si le bureau valide les propositions émises qu’elles seront portées publiquement et politiquement.

Ce point établi, je tiens tout de même à rétablir la vérité sur certaines affirmations de Sabine Faivre. Contrairement à ce qui est rapporté, la ligne de Sens Commun sur la PMA et la GPA est extrêmement claire et inchangée et je vais donc citer ici la phrase complète du document en cause : « La PMA en France doit être réservée aux couples homme-femme stables et médicalement stériles ; la GPA doit rester interdite en France et la France doit œuvrer au plan international pour que le trafic de mères et d’enfants recule ».

En ce qui concerne la loi Taubira, là aussi, la position de Sens Commun reste inébranlable : nous demandons son abrogation parce que c’est une loi mauvaise qui mène tout droit à une marchandisation de l’être humain et nous considérons que le mot mariage traduit l’union d’un homme et d’une femme, pilier de la société. Maintenant, il ne faut pas se tromper de combat et se perdre dans une lutte sémantique alors que l’enjeu est plus important qu’une bataille de mots. L’enjeu, la priorité absolue, c’est la protection de l’enfant et donc la remise en cause de la filiation permise par la loi Taubira. Il faut empêcher l’instauration de ce “droit à l’enfant” qui est une folie et pour l’empêcher, il faut donc abroger la loi Taubira puisqu’elle y mène tout droit. Mais on ne peut pas faire table rase du passé et ignorer les situations humaines créées par cette loi. Il faudra donc proposer ensuite un nouveau texte, qui tienne compte de ces situations et y réponde du mieux possible – tout en restant d’une fermeté absolue sur la protection du droit des enfants. L’union civile est une option qu’il faut étudier au même titre que d’autres propositions visant à permettre une prise en compte des situations créées par la loi Taubira. De nombreuses équipes d’avocats travaillent en ce moment sur la question de l’abrogation de la loi et ses modalités concrètes. Nous verrons alors quelle option est envisageable.

L’une des règles d’or du pôle Études de Sens Commun est d’étudier toutes les possibilités afin de comprendre les oppositions éventuelles, infirmer ou confirmer nos travaux, affiner notre argumentaire. Si nous avons peur de nous remettre en question dans notre recherche du bien commun, alors il ne faut pas nous mettre au service des autres qui est fondamentalement la vocation de l’engagement politique. Restons humbles et ancrés dans le réel devant la montagne à gravir !

Marc Leroy, responsable du pôle Études

La porte-parole de Sens Commun devient Secrétaire nationale

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Réaction de Sébastien Pilard, président de Sens Commun, suite à la nomination  de Madeleine de Jessey, porte-parole de Sens Commun, à la fonction de Secrétaire nationale aux programmes de formation : 

“Nous nous réjouissons de cette nomination, fruit d’un travail entrepris depuis un an. Sens Commun a, depuis sa création, mis l’accent sur la proposition d’idées et la formation. Cette nomination illustre la réussite du dialogue constant que Sens Commun entretient avec les responsables politiques de l’UMP ainsi que l’écho grandissant que nos convictions rencontrent dans notre parti. C’est une première étape et un point de départ positif pour une nouvelle année de travail”.

Plus d’information ici.

Plus que jamais, la droite a besoin de convictions claires

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Sens Commun salue l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de l’UMP et lui souhaite de refonder la droite en tournant définitivement la page des querelles de personnes. Plus que jamais, la droite doit s’appuyer sur des valeurs claires pour la France. Nous invitons Nicolas Sarkozy à écouter la voix des militants qui aspirent à cette droite des convictions.

Nous saluons également Bruno Le Maire et Hervé Mariton qui ont mené sur le terrain des campagnes de grande qualité.

Loi Taubira : vers plus de clarté

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Sens commun se réjouit de la très forte mobilisation lors de son meeting national le 15 novembre à Paris, où se sont retrouvées près de 3000 personnes, de nombreux parlementaires et les trois candidats à la présidence de l’UMP.

“Nous tenons à remercier les trois candidats pour leur présence attentive et amicale”, déclare Madeleine de Jessey, porte-parole du mouvement. “Un an seulement après sa création, Sens Commun confirme son statut de premier mouvement de l’UMP.”

Sens commun se félicite par ailleurs de la position exprimée par l’ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy, position qu’il avait déjà eu l’occasion d’énoncer devant le président de Sens Commun lors de précédentes rencontres. 

Lancement du meeting : La Droite que nous voulons

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Sens Commun invite Bruno Le Maire, Hervé Mariton et Nicolas Sarkozy

Sens Commun a présenté ce mardi 14 octobre à l’Assemblée nationale le manifeste « La droite que nous voulons », soutenu par une vingtaine de députés et sénateurs UMP, premiers signataires du texte*.

Colonne vertébrale de ce que la droite doit être, ce manifeste expose les principes sur lesquels l’UMP doit être refondée. Il propose une ligne politique pour la droite, un cap clair et cohérent à l’heure où elle reste trop souvent vague et inconstante.

Alain Milon, une nomination incohérente

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Les équipes de Sens Commun, au sein de l’UMP, s’étonnent vivement de la nomination du sénateur Alain Milon au poste de Président de la commission des affaires sociales du Sénat.

Favorable à la loi Taubira, à rebours de 95 % des parlementaires UMP et UDI qui se sont opposés au texte, le Sénateur Alain Milon s’est également prononcé en faveur de l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à tous les couples et de l’autorisation de la gestation pour autrui (GPA), au point de déposer une proposition de loi sur le sujet en 2010.

A ce jour, les trois candidats à la Présidence de l’UMP se sont résolument prononcés contre la GPA et la PMA pour les personnes de même sexe affirmant désormais la nécessaire obligation d’un retour sur la loi Taubira.

La droite sur la bonne voie

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

“La réécriture de la loi Taubira sera obligatoire car la Cour de cassation a pour la première fois fait le lien entre mariage et filiation”, a déclaré Nicolas Sarkozy ce lundi 6 octobre, lors de son meeting à Vélizy.

Sens Commun se félicite de cette prise de position nouvelle, au lendemain de la grande manifestation qui a rassemblé des centaines de milliers de Français contre le projet de société du gouvernement Hollande.

“La réouverture du débat sur la loi Taubira fait donc consensus chez les candidats à la présidence de l’UMP. Il apparait de plus en clair qu’il faudra revenir totalement sur ce texte”, déclare Sébastien Pilard, président de Sens Commun.