Légalisation du cannabis et ouverture de la PMA : Sens Commun réagit

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

taubiradChristiane Taubira relance le débat sur la PMA pour reconquérir l’opinion et faire oublier les contestations venues des professionnels de la justice.

Dans un contexte où le gouvernement est mis en difficulté sur sa gestion laxiste des débordements en Isère, et alors que le mécontentement des policiers, des avocats et du personnel pénitentiaire ne cesse d’enfler, Christiane Taubira vient une nouvelle fois d’afficher son mépris en jugeant plus urgent d’ouvrir le débat sur la dépénalisation des stupéfiants et la légalisation de la PMA pour les couples de femmes. Selon la Garde des Sceaux, en effet, « la revendication d’accéder à la PMA pour un couple de femmes est une revendication légitime ».

Alors que 71% des Français se disent mécontents de l’action de Christiane Taubira [1] comme ministre de la Justice, cette dernière relance un débat qui a pu la rendre populaire aux yeux d’une certaine frange de l’opinion, manifestant l’incapacité du gouvernement à maintenir un cap clair, entre une fermeté de façade et un laxisme toujours plus grand.

Pour Madeleine de Jessey, porte-parole de Sens Commun, « La Garde des Sceaux fait preuve, une nouvelle fois, d’un curieux sens des priorités : en rouvrant le débat sur le cannabis et la PMA, Christiane Taubira ne craint pas de diviser une communauté nationale déjà éclatée pour redorer son image ».

Sens Commun appelle la droite à condamner avec la plus grande fermeté la réouverture de la question de la PMA ou de la GPA qui revient sans cesse dans le débat politique, au risque de diviser plus profondément encore les Français : rappelons que selon un récent sondage de l’IFOP, 54 % des Français restent aujourd’hui encore opposés à la loi Taubira. Sens Commun constate également que la gauche est une nouvelle fois incapable de respecter ses engagements : il y a un an, en effet, M. Valls avait lui-même affirmé solennellement que le Gouvernement s’opposerait à toute tentative visant à légaliser la PMA ou la GPA. Notre gouvernement a décidément la mémoire bien courte.

[1] Sondage IFOP pour Valeurs Actuelles – 7-9 octobre 2015