Le manifeste du conservatisme : la droite sera conservatrice ou elle disparaîtra

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Dans la presse

Depuis le soir des élections européennes, nous assistons au spectacle affligeant du concours Lépine des idées baroques, trahisons éclairs et reniements en cascade chez les Républicains. La droite s’est effondrée, et avec elle, le vernis superficiel qui tenait encore ceux qui aspiraient à se partager un gâteau devenu trop petit pour satisfaire tous les appétits.

Lorsque nous avons créé Sens Commun, en 2013, nous avons alerté sur la décomposition doctrinale d’une Droite contrainte au grand écart par son obsession du consensus. Nous avons été critiqués, caricaturés et nous avons parfois suscité la défiance d’élus qui ne comprenaient pas que de simples militants décident de s’organiser à leurs côtés, libres, pour rappeler ce qu’est « La Droite Que Nous Voulons ».

Comme l’immense majorité des électeurs de droite, nous ne « roulons » ni pour Valérie Pécresse, ni pour Laurent Wauquiez, ni pour Nicolas Sarkozy, ni pour Xavier Bertrand, ni pour Gérard Larcher, ni même pour Geoffroy Didier ou Guillaume Peltier. Nos 250 élus servent la France, avec la conscience de la responsabilité historique portée par la droite pour défendre notre avenir commun, notre héritage et notre liberté.

Nous appelons la droite à renouer avec la pensée, avant même les catalogues d’idées. Le débat politique ne peut être condamné à des interpellations médiatiques dont la médiocrité le dispute à la bassesse, pour terminer dans le reniement et l’ignominie.  

Face à ce spectacle déshonorant, nous avons décidé de lancer cet appel à tous les Français réellement et sincèrement amoureux de la France.
Pour l’amour de la France et de notre civilisation, conserver ce qui vaut et réformer ce qu’il faut, voilà notre ligne de pensée et d’action.

Nous appelons à assumer un regard conservateur sur l’écologie. Nous sommes responsables du monde que nous laisserons à nos enfants. L’écologie est un sujet trop sérieux pour être confié aux idéologues aveuglés par la folie absurde des éoliennes. C’est un sujet trop grave pour l’abandonner aux effets d’annonce de ceux qui organisent des sommets, des Grenelle ou des états généraux sans jamais agir pour infléchir cette mondialisation devenue folle, qui achemine des cargos ultra polluants de l’autre bout du monde pour importer des marchandises qu’on interdit à nos chômeurs de produire. Nous défendons le bioconservatisme qui protège et unit, au lieu de les opposer, l’homme et la nature dans le respect de leurs besoins et de leurs interactions.

Nous appelons à assumer un regard conservateur sur l’économie pour dénoncer la dérive d’un capitalisme financier qui détruit peu à peu l’économie réelle, et pour réhabiliter l’économie de marché et le travail comme création réelle de richesse. Il n’y a pas d’efficacité économique et sociale sans confiance, sans éthique collective pour sous tendre les relations entre les acteurs économiques, sans sentiment d’appartenance à la communauté nationale. Préserver la liberté d’entreprendre est la condition première pour appréhender l’avenir avec audace et faire rayonner le génie français dans le monde. Nous devons relever le défi de la libération des forces vives de notre pays en allégeant drastiquement les charges qui pèsent sur le travail et en recentrant l’Etat sur ses missions régaliennes aujourd’hui sacrifiées.

Nous appelons à assumer un regard conservateur sur notre démocratie pour que l’aspiration à l’égalité ne devienne jamais ce renoncement à la liberté qu’annonçait Tocqueville et qui conduit au désengagement des citoyens. C’est l’échelon municipal, celui des libertés locales, au plus près des préoccupations de chacun, qui doit être soutenu pour que les maires retrouvent leur pouvoir de décision et que s’exerce une véritable subsidiarité. La droite doit redevenir ce parti de la liberté de conscience, de la défense de la laïcité et du refus du communautarisme partout sur le territoire. Pour que nous puissions dire « nous » en parlant de la France et que la restauration de l’autorité de l’Etat ne se fasse pas au détriment des libertés locales. 

Nous appelons à assumer un regard conservateur sur l’éducation. Au-delà du renforcement du socle fondamental, il devient urgent de réhabiliter la pensée contre le piège du matérialisme et de réaffirmer notre héritage culturel contre la dictature du relativisme. Mettre fin à la dérive inégalitaire du système éducatif français créé par l’idéologie égalitariste et le nivellement par le bas, préparer les générations à venir à relever les défis immenses qui se présenteront à elle, notamment en termes de dignité de la personne et de responsabilité individuelle et collective, c’est le grand défi à relever!

Nous appelons à assumer un regard conservateur sur la famille, cellule fondatrice de la société, premier et ultime espace de solidarité. parce qu’une politique familiale soucieuse de la solidarité inter générationnelle ne peut pas être réduite à une politique sociale. De la naissance au dernier souffle, le conservateur s’honore de refuser l’élargissement sans fin de la société de consommation, faisant de l’être humain un objet de commercialisation.

Nous appelons à assumer un regard conservateur sur notre patrie. Parce qu’il n’y a plus de communauté nationale sans nation, parce qu’il n’y a plus de pacte social hors des limites de nos frontières, nous refusons la dilution de la France dans la mondialisation et sa transformation en start-up nation sans racines ni vocation au-delà du simple critère de PIB. Si la France doit être à l’avant garde des transformations qui s’annoncent, de la nouvelle économie à l’intelligence artificielle, elle se doit de toujours questionner le sens du « progrès ». De même, si elle doit elle jouer un rôle dans la solidarité internationale, c’est celui de l’aide au développement pour éviter les drames qui provoquent les flux migratoires et leurs terribles conséquences sans fin.

Nous appelons à retrouver ce regard conservateur pour que, loin des querelles intestines, la droite redevienne une famille politique qui se met au service du bien commun, de l’amour de la France et des Français.

Être conservateur en France aujourd’hui, c’est allier l’audace et la protection, la recherche de la réussite et le souci de tous et de chacun, la volonté de croissance et le respect de la nature. C’est la volonté de construire une société durable basée sur l’amour de la France, de l’Europe et de notre civilisation. Ce sont les trésors qui nous garderont des menaces totalitaires qui grandissent au delà de nos frontières comme au cœur de notre société

Recevoir, enrichir, transmettre : Nous appelons tous ceux qui veulent poser un regard conservateur sur la France à participer à ce Mouvement Conservateur, initié par Sens Commun en 2018 et qui désormais réunit tous ceux qui travaillent à la reconstruction d’une droite affranchie des critères de respectabilité édictés par le progressisme. « Il suffit, nous dit Mauriac, d’un petit nombre d’esprits fidèles pour que le lien soit maintenu » Soyons déterminés aujourd’hui et de plus en plus nombreux des demain.

Lire l’article sur le site de Valeurs Actuelles