Guerre ouverte à Paris : ressaisissons-nous!

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités

articl10Près de 130 morts et quelques 200 blessés. L’heure est au recueillement et à la compassion. Sens Commun s’unit à tous dans ces moments de douleur et de consternation, et plus particulièrement aux familles des victimes touchées dans leur chair par des tirs d’une cruauté aveugle et d’une lâcheté révoltante. Sens Commun rend également hommage aux forces de l’ordre, aux militaires et aux soignants pour leur courage et leur sang-froid.

Ces actes de terrorisme à Paris visent la France toute entière et voudraient la mettre à genoux. Il est important et urgent de continuer à vivre. Mais il serait illusoire de croire que rien n’a changé et que tout peut continuer comme avant.  Sans tomber dans la psychose, car ce serait alors donner victoire à ces terroristes et il n’en est pas question, nous devons désormais vivre en prenant conscience que nous sommes en guerre. Guerre militaire, idéologique, politique contre l’islamisme.

Notre résistance doit être de continuer notre quotidien, tout en développant la bienveillance nécessaire à panser les plaies, et la vigilance indispensable à la sécurité de tous. Mais nous attendons plus que les réactions habituelles de la part de ceux qui nous gouvernent.

Sous peu, il nous faudra établir quelles politiques ont conduit à ce résultat. L’émotion ne devra pas, cette fois, paralyser la réflexion, ni empêcher les constats qui s’imposent et les réactions fortes qu’ils impliquent. Personne ne peut dire qu’il n’est pas responsable de la situation. Qu’on se le dise : cette guerre sur notre territoire est aussi le fruit de plusieurs années de choix politiques souvent irresponsables ou incohérents. La recherche de la vérité doit guider nos pas pour changer radicalement de cap.

Notre pays a en lui toutes les ressources pour faire face à la situation : à nous de puiser dans nos racines, notre histoire et notre identité la grandeur d’âme et le courage qui nous permettront de faire face, ensemble, au mal qui nous a meurtris mais qui ne nous abattra pas.

Vive la France !