De la lutte des classes à la guerre raciale, le danger décolonialiste

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

 

 

Olivier Vial nous a fait l’amitié de proposer une viso-conférence aux adhérents Sens Commun.

Les événements que nous traversons trouvent leur origine auprès de la  gauche identitaire qui a délaissé le champ social pour embrasser une – ou plus exactement des- causes identitaires.

Il s’agit de déconstruire toute sorte de domination ou tout ce qui est vécu comme tel. Les mécanismes utilisés sont puissants puisqu’ils font appel à une caution intellectuelle via l’université, la culpabilisation et l’entretien du ressentiment. Il s’agit de juger et réécrire l’histoire et le patrimoine culturel en y insérant un arsenal de concepts du type : privilège blanc, racisé, racisme d’Etat,  féminisme blanc, appropriation culturelle…

Il en résulte :

  • Une censure et une auto-censure par crainte de tomber sous les foudres de ces groupes peu nombreux mais organisés et bruyants.
  • Un chaos organisé et entretenu pour forcer les plus modérés à prendre parti et ce faisant, augmenter la fracturation de la société

A qui profite le crime ?

  • Tous les partisans de la déconstruction qui n’ont d’autre objectif que d’affranchir l’Homme de toute contrainte ou héritage culturel.
  • Les partisans du jihad armé en Europe. Abu Musab al-Suri, ancien conseiller d’Oussama ben Laden, proche des talibans, est connu pour être l’«architecte du djihad global».  Il appelait de ses voeux “la montée de la violence “de souche” en Europe, propice au développement en miroir du djihad armé de troisième génération sur son sol. La stratégie consiste à fomenter en Europe, “une guerre de tous contre tous, destinée à faire imploser le Vieux Continent. Il faut dresser les populations contre les musulmans et contraindre ainsi ces derniers à choisir un camp.

De très nombreuses questions ont suivi l’exposé, et la perspective d’un approfondissement du sujet via des modules de formation a suscité beaucoup d’intérêt.

 

A lire :