Gagner la guerre contre Daesh

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Dans la presse

madeleine_bazin_de_jessey_vpa“Il est grand temps de nous réconcilier avec notre histoire et de nous réapproprier nos racines”.

Le 13 novembre au soir, le visage sombre et la voix tremblante, François Hollande déclarait ce qu’il allait par la suite répéter avec plus d’aplomb : la France est en guerre. S’ensuivaient des actions immédiates et spectaculaires qui auront permis au gouvernement de tirer momentanément profit d’un événement survenu en grande partie à cause de sa propre incurie.

Donnez-leur un ideal !

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Dans la presse

idealFrappes en Syrie, fermetures des mosquées salafistes, perquisitions et arrestations… Ces opérations s’imposaient, elles ont été prises immédiatement et nous ferons tous bloc derrière le gouvernement pour qu’il les mène à bien, jusqu’au bout.

TAFTA : le citoyen européen, un produit comme les autres

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Dans la presse

TaftaDans un entretien accordé hier au quotidien Sud-Ouest, Matthias Fekl, secrétaire d’État au Commerce extérieur, évoquait pour la première fois la possibilité pour la France de mettre fin aux négociations du TAFTA. Si le nom évoque à l’esprit les reflets chatoyants de la soie et la dextérité du tisseur, les réalités auxquelles il renvoie s’avèrent quant à elles nettement moins envoûtantes.

Le sujet qui fâche à droite : Son abstention sur le mariage homosexuel

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Dans la presse

Bruno Le Maire s’en explique avec Sébastien Pilard, président de Sens commun, le mouvement créé dans la foulée de la Manif pour tous.

Conserverez-vous la loi sur le Mariage pour tous si vous êtes élu en 2017 ?

lamaire-pilard

Au café Bonaparte, Paris (VIe arr.), Sébastien Pilard avec Bruno Le Maire. Sens Commun lance les états généraux de la droite et du centre, ce samedi 20 juin.

Bruno Le Maire – C’est mentir que de laisser entendre que nous reviendrons sur le mariage homosexuel. En politique, trop de belles paroles et de promesses n’ont jamais été tenues par le passé. Dire « abrogation de la loi Taubira », c’est à coup sûr ne pas tenir cet engagement. Et tromper les Français. Pour moi, la primaire servira à dire comment chacun voit l’avenir de notre société. Il faut avoir le courage de ses convictions.

Sébastien Pilard – Je ne suis pas d’accord. Quelle est la cause du manque de crédit de la classe politique vis-à-vis des Français ? La constance, la crédibilité et la cohérence. Bruno s’est abstenu, mais 95 % des sénateurs et parlementaires UMP ont voté contre la loi. Quel message enverrait-on aux Français si au moment où la droite revient au pouvoir, on dit que le sujet n’a plus lieu d’être ? Je pense ensuite qu’il y a consensus aux Républicains contre la PMA et contre la GPA. Or on voit très bien que la loi Taubira ouvre mécaniquement, à travers des décisions de justice, à la PMA et la GPA. Si on veut être cohérent, trouver les moyens nécessaires d’avoir un vrai verrou contre la PMA et la GPA, on est dans l’obligation de revenir sur cette loi. Enfin, il ne faut pas oublier que le vrai point de blocage pour la grande majorité des Français qui ont manifesté contre la loi Taubira, c’est la question de la filiation et de l’adoption. Lorsque nous reviendrons aux responsabilités, nous devons revenir totalement sur cette loi.

Les nouveaux Républicains

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Dans la presse

Le_Figaro_2009_(logo)

PORTRAITS – Nicolas Sarkozy veut faire de ces nouveaux visages les symboles de l’élargissement et de la reconquête.

Certains se sont distingués aux municipales ou aux départementales. Plusieurs sont venus à la politique en s’engageant dans des combats qui leur tiennent à cœur, pour la laïcité ou contre le mariage pour tous. D’autres enfin vont prendre pour la première fois leur carte dans un parti et porter ses couleurs aux régionales. Ce sont les nouveaux visages de la droite.

Sébastien PilardSébastien Pilard – Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

Sébastien Pilard, la Manif pour tous fait de la politique

Nommé délégué national auprès des entrepreneurs cet hiver, Sébastien Pilard doit sa promotion éclair dans l’appareil à son parcours de militant anti-mariage pour tous. C’est d’ailleurs lui qui préside Sens commun, l’association qui souhaite fédérer les troupes de la Manif pour tous au sein de l’UMP. Avec Madeleine Bazin de Jessey, qui siégera au bureau politique des Républicains, Sébastien Pilard entend peser dans la course à la primaire: les états généraux de Sens commun, qui débuteront cet été, doivent déboucher sur une plate-forme programmatique qui sera soumise aux candidats.

Sens Commun : « La France que nous voulons »

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Dans la presse

logo valeurs actuelles

Les yeux rivés sur les résultats des dernières élections et l’esprit fixé sur les prochaines, embarquée dans le flux changeant de l’actualité et le rythme effréné des stratégies politiques, la droite avance en agitant le drapeau du changement de cap et de l’alternance. Mais l’alternance pour quoi faire ? À quel projet d’ensemble correspondent les réformes que nous proposons ? Quel idéal de la France nous anime ? Ces questions-là restent, pour l’heure, sans réponse.

Or, la victoire en 2017 ne peut constituer un objectif en soi. Les militants ne s’engagent pas dans un parti pour en battre un autre : ils s’engagent pour

Sens Commun veut placer ses idées au coeur de la primaire UMP

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Dans la presse

LFpolitqie

Depuis qu’ils se sont invités à la table de l’UMP, en pleine campagne pour la présidence du parti, pour arracher à Nicolas Sarkozy la promesse «d’abroger» le mariage pour tous, les militants de Sens Commun n’ont pas perdu l’appétit. Déjà, Madeleine Bazin de Jessey, la cofondatrice de ce petit parti issu de la Manif pour tous et partenaire de l’UMP, a été catapultée dans l’organigramme du parti secrétaire nationale en charge des programmes de formation. Mais le petit parti n’entend pas s’arrêter en si bon