Reconstruire et rassembler autour de nos racines

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

Chers amis,

Un vaisseau fantôme sur l’Île de la Cité, telle était Notre Dame lorsque Victor Hugo en fit un monument de la littérature. Dans une France endettée et dépassée par d’autres urgences nationales, Hugo a signé plusieurs pamphlets contre les “démolisseurs” et pressenti la nécessité d’une loi de protection du patrimoine : “Il faut arrêter le marteau qui mutile la face du pays. Une loi suffirait, qu’on la fasse !”. Notre Dame subit de nombreux saccages et vandalismes tandis que l’écrivain cherche à rendre les pierres vivantes et vibrantes en frappant les consciences. Avec Guizot et Montalembert, il lance un appel à la mobilisation : “Inspirons, s’il est possible, à la nation l’amour de l’architecture nationale”.

Rassembler la France autour de ses racines, c’est aujourd’hui le grand défi qu’Emmanuel Macron n’arrive pas à relever. En confondant engagement et précipitation, il ne parviendra pas plus à reconstruire Notre Dame en cinq ans qu’à faire renaître la confiance, condition nécessaire à toute réforme d’envergure. Empruntant le répertoire conservateur pour mieux enrober son projet progressiste, c’est un écran de fumée qu’il dresse devant des Français suffocants. La politique familiale est à nouveau sacrifiée, méprisée, oubliée. De même, la révision des lois de bioéthique s’annonce comme un chantier chaotique, pris en étau entre des projets de loi nationaux et les avis de la CEDH.

C’est dans ce contexte d’une lourde actualité française que se déploie la campagne européenne. La nuit de feu qui a vu s’embraser Notre Dame est aussi celle du meeting de François-Xavier Bellamy dans les Yvelines, au cours duquel, j’ai eu l’honneur d’officialiser l’engagement de Sens Commun auprès de notre tête de liste. Une présence dans la campagne qui se vit au quotidien : participation à l’élaboration du projet il y a quelques mois, animation de réunions depuis janvier, militantisme actif au sein des fédérations LR et des comités de soutien grâce à notre réseau d’élus et d’adhérents.  En lien avec Les Républicains, nous avons travaillé sur les réponses concrètes à apporter aux attentes des Français, en cohérence avec nos principes. La droite s’est trop longtemps habituée à des rassemblements progressifs, conditionnés par des rétrécissements de programme, jusqu’à arriver au plus petit dénominateur commun et au final, il faut bien le dire, à l’abandon de toute cohérence programmatique. Les ego après les idées, comme nous ne cessons de le demander depuis la fondation de notre mouvement en 2013. Enfin ! Le pari est réussi. A nous de l’enraciner dans la durée grâce à l’engagement de chacun de vous.

Fidèlement,

Laurence Trochu

Editorial de Laurence Trochu

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

Chers amis,
 
Depuis plusieurs semaines déjà, Sens Commun organise partout en France des réunions pour présenter et expliquer l’Europe que nous voulons. A l’approche des élections européennes, la rupture entre les Français et leurs représentants politiques mène à une désertion du champ politique et social tel qu’il pouvait jusqu’alors se vivre et s’incarner dans un engagement au sein d’un parti. Ce désamour se traduit aussi par une volonté de démocratie directe qui donne naissance à des mouvements de foule incontrôlés dont les Français désemparés sont finalement les victimes. Il risque également de se lire dans une forte abstention lors du scrutin européen du 26 mai.  
 
Sur ce dernier point, ce qui provoque la rupture, c’est la façon dont la technocratie européenne s’est emparée du pouvoir, méprisant effrontément les peuples, leurs cultures et leurs droits fondamentaux. La gouvernance européenne est illisible, personne ne comprend plus qui prend les décisions dans des processus techniques complexes, et le droit supra national a pris le dessus sur la vision politique : nous ne voulons plus de cette Europe-là ! 
 
Grâce aux initiatives des responsables locaux Sens Commun et au travail mené par nos élus, des soirées vous sont donc proposées, occasion de questionner les enjeux de cette prochaine élection et les priorités portées par Sens Commun : Montpellier, Bourges, Villiers-lès-Nancy, Pau, Evreux, Toulon mais aussi en Belgique et au Liban, toutes les dates sont sur notre site internet. 
 
La campagne est désormais lancée, avec la belle dynamique que François-Xavier Bellamy a su créer pour porter un projet au service d’une Europe pour la France, qui protège nos frontières, nos entreprises et notre civilisation. Ce sont ces propositions, auxquelles nous avons travaillé, que nous vous appelons à soutenir. Nous avons émis des réserves sur la constitution de la liste qui fait de Sens Commun une force militante mais ne va pas jusqu’à voir la force politique que nous sommes. Cette force, c’est chacun de vous ! Elle est présente dans les urnes, elle est efficace grâce à votre adhésion annuelle renouvelée. Si nous ne voulons pas que la politique se fasse sans nous, notre engagement n’est pas une option, il est nécessaire !
 
Alors même que certains peuvent douter de la pertinence de cette politique des petits pas, laissons nous interpeller par ce qu’ écrit Jean-Philippe Vincent, auteur de Qu’est-ce que le conservatisme ?
« La France est réduite à une addition de « je » concurrents, envieux, vindicatifs, réclamant sans cesse du « Il », l’Etat, qu’il veuille bien faire leur bonheur (…) Mais où est le « nous » dans cette conjugaison ? Où est l’expression du collectif et son organisation qui sont une dimension essentielle d’une vie sociale et politique riche et efficace ? » (Figaro 15/12/17)
 
Avec chacun de vous, sachons opposer au défaitisme ambiant la volonté d’œuvrer pour une société durable.
 
Fidèlement
 
Laurence Trochu

Tour de France des fédérations

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

La Fédération du Maine et Loire a accueilli Laurence Trochu le lundi 4 mars lors d’une soirée bien remplie qui s’est déroulée en trois temps. Tout d’abord  Stéphane Piednoir, président de la fédération LR et sénateur, a tenu à rencontrer à rencontrer Laurence. Ensuite s’est tenu un temps d’échanges entre Laurence et les équipes SC de Sarthe, de Vendée et du Maine et Loire (la Loire Atlantique n’ayant pas pu être représentée). Ce moment a permis de faire remonter les informations et impressions du terrain, de partager les éclairages du national sur l’actualité et la politique interne de Sens Commun.
 
Enfin une réunion publique animée par Laurence Trochu a rassemblé plus de 50 personnes à la permanence des Républicains, lieu naturel de réunions pour Sens Commun. Après  une présentation le conservatisme et ses applications concrètes en politique, la question de l’Europe a été développée et a fait l’objet de nombreux échanges avec la salle. Un pot de l’amitié a permis aux  personnes qui le souhaitaient de poursuivre la discussion sur l’actualité.
 
 
 
 

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

 

Chers amis,

Automne 2017, l’heure du bilan a sonné pour la Droite française. Encore sous le choc de la défaite, elle se tourne vers ses militants, les consulte et publie un Rapport de la Refondation qui se présente comme “un avertissement, une boussole, un commencement”.  

Je garde en mémoire l’éclairage que le sociologue Mathieu Bock-Côté avait apporté à ce travail : “Si la droite n’est pas capable de se réconcilier avec son propre imaginaire, sa propre histoire, si elle se définit toujours comme une non-gauche, si elle demande à la gauche de quelle manière il est possible et permis d’être de droite, sans aller trop loin et tout en demeurant un adversaire respectable, eh bien si la droite autrement dit, ne parvient pas à se délivrer politiquement et intellectuellement des critères de respectabilité qui sont portés par le système médiatique, elle se condamne au suicide politique. Ça lui est arrivé à plusieurs reprises. Il n’est pas interdit d’espérer néanmoins une renaissance »

Janvier 2019, l’heure de la cohérence a sonné pour la Droite française et c’est un autre intellectuel qui se lève pour relever le défi des élections européennes que lui a proposé Laurent Wauquiez. Le choix du philosophe François-Xavier Bellamy fait enrager les sophistes de la politique et déconcerte les médias habitués aux petites phrases plus qu’aux arguments. Son positionnement ferme et sans détour, qui ose ne pas se conformer à la doxa médiatique et aux oukases de la pensée unique de gauche, vient confirmer ce que Sens Commun répète inlassablement : La Droite Que Nous Voulons doit s’établir sur un socle d’idées claires et cohérentes, débarrassées des préjugés du prêt à penser.

C’est donc avec une détermination renforcée que nous nous engageons dans cette campagne, en y assumant la force et la constance de la pensée conservatrice pour éclairer l’Europe avec l’amour de notre civilisation, avec la lumière de nos racines grecques, latines et judéo-chrétiennes. C’est sur ces fondements que nous sommes européens, membres à part entière d’une civilisation qui est bien autre chose et bien plus qu’un marché commun. En 1952, le Général de Gaulle dénonçait déjà l’impasse dans laquelle le projet européen pourrait s’abîmer : “On ne fera pas l’Europe si on ne la fait pas avec les peuples et en les associant. Or, la voie que l’on suit est complètement différente. On s’enferme dans des comités, on élabore des techniques (…) On se réunit dans des conseils entre augures intéressés. Mais les peuples n’y sont pas.

L’Europe, c’est pourtant une communauté de destins au sein de laquelle il est nécessaire que des nations souveraines s’unissent pour être plus fortes face aux menaces. Il est temps que l’Europe réponde à la vocation que lui ont confié les peuples ! Nous ne sommes pas de nulle part ! Un enracinement dans une histoire, une géographie, une civilisation reconnue et défendue est nécessaire pour bâtir un avenir solide et fécond.  L’Europe n’est pas condamnée à se soumettre à une mondialisation sans limites ni à une immigration qu’elle n’a pas choisie et qu’elle ne peut accepter sans se renier. C’est cette véritable Europe que nous voulons.

Fidèlement

Laurence Trochu

Les voeux de Sens Commun Ile de France

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

 

Plus d’une centaine d’adhérents ont répondu à l’invitation aux vœux lancée par les équipes de Sens Commun Ile-de-France le 14 janvier au siège des Républicains à Paris. Les responsables départementaux ont pris le temps d’un mot de bienvenue : Caroline Carmantrand et Alexandre de Poncins (92), Charles-Edouard Ogden (78), Jean-François Cuignet (91, 93, 77), François Digard et Thibault de La Celle (75). 
Laurence Trochu, présidente de Sens Commun a partagé sa vision de l’actualité politique et des enjeux de 2019 pour le mouvement, Les Républicains et la France.
La proximité de nos équipes, notre détermination et notre cohérence sont des atouts sur lesquels nos fédérations très dynamiques d’Ile de France peuvent s’appuyer pour les mois à venir.
Chacun a pu profiter d’un long moment d’échange convivial autour d’une galette pour conclure cette soirée !

Le mot de la Présidente

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

Chers amis, 

A l’occasion de la journée La Droite Que Nous Voulons est conservatrice organisée le 18 novembre et qui a rassemblé près de 700 personnes, nos adversaires comme nos alliés ont souligné deux choses à notre sujet.

La première, c’est notre capacité de mobilisation. Elle est réelle, c’est vous qui la portez. Elle est solide parce qu’elle résonne dans le cœur des Français, parce qu’elle parle de notre attachement à notre pays, du lien social, de ce qui nous est cher et de ce qui nous est commun. La seconde, c’est notre cohérence. On nous accuse de toujours tout ramener à la famille. Mais la réalité, c’est que tout part de la famille. Et que prendre soin de la famille, c’est prendre soin de la société toute entière. Prendre soin de la société, c’est un projet éminemment conservateur. C’est le projet qu’attendent les Français. C’est l’exigence des Français face aux politiques, et ils sont en droit d’être en colère quand cette exigence est trompée comme elle l’a été par Emmanuel Macron. 

Depuis quelques semaines, la France s’est réveillée, la France périphérique, la France des oubliés et des silencieux. On ne peut pas faire comme si rien ne s’était passé. La gauche s’est auto dissoute. La droite est à la peine. Elle paye le prix de décennies de renoncement, d’opportunisme et de soumission culturelle. C’est autour d’un projet conservateur que nous voulons lui redonner une âme. Le 18 novembre, nous avons fait dialoguer des élus locaux, des politiques nationaux, des intellectuels et des experts. Aujourd’hui, il y a urgence à porter dans le débat public les priorités que Sens Commun travaille depuis sa création et à les décliner de manière concrète. La détresse des Français, qui ne se réduit pas au mouvement des Gilets Jaunes, nous oblige. Nous avons haussé le ton pour porter votre voix !

La revue de presse de cette lettre mensuelle est dense. Nous vous invitons particulièrement à lire notre analyse de la crise politique qui traverse notre pays et nos propositions pour répondre au peuple français qui ne veut pas mourir. 

Une nouvelle fois, la France est pourtant endeuillée, en proie à un islamisme qui chaque fois reprend son souffle sur les bougies du renoncement persistant. Gardons en tête cette phrase de Toynbee dans L’histoire des civilisations “Nous ne déclinons pas parce que les barbares nous attaquent ; les barbares nous attaquent parce que nous déclinons”. Plus que jamais l’instinct de conservation doit être le plus fort. 

Fidèlement

Laurence Trochu

La Droite Que Nous Voulons est conservatrice : 18 novembre 2018

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

Retour sur une journée de qualité 

L’ensemble des interventions est disponible sur YouTube au bas de cet article.

Dans son discours inaugural, Laurence Trochu a mis en lumière la démarche résolument conservatrice de de Sens Commun.

La vidéo de François Xavier Bellamy envoyée pour l’occasion a nourri notre réflexion en questionnant le concept de conservatisme.

Roger Scruton, spécialiste incontournable du conservatisme,  dans sa conférence a ensuite répondu à la question : “Qu’est-ce que le conservatisme ?” en mettant l’accent sur la notion d’attachement.

La première table ronde était dédiée au thème Famille, éducation et transmission, avec les interventions de Jacques Bichot, Armelle Tilly et Caroline Carmantrand. La famille socle de la société doit être encouragée et soutenue par des mesures fiscales mais aussi par la proximité avec les élus locaux qui ont la possibilité de bâtir des projets concrets pour améliorer leur quotidien.
 
La table ronde suivante a été introduite par une vidéo de Bruno Retailleau qui souhaitait partager quelques réflexions avec les participants de cette journée  sur la notion de liberté.

Nous avons ensuite réfléchi sur  Territoires et unité de la nation, avec les interventions de Vincent Coussedière, Maxence de Rugy et Valérie Boyer. Cette table ronde a permis de mettre en lumière la nécessité continuer à être soi-même dans les territoires avec les particularités culturelles, en veillant à l’unité de la nation. Ont été soulevés le poids de l’Etat et les difficultés dues aux superpositions des strates administratives qui nuisent à l’efficacité.

Laurent Wauquiez a introduit l’après midi dans un long discours articulé autour des valeurs qu’il entend réhabiliter : travail, autorité, nation et transmission. Son discours a été ramené à une idée alors qu’il est intervenu sur de nombreux sujets dans une logique qui a été unanimement approuvée. 

S’est alors engagée une table ronde La droite peut-elle ne pas être conservatrice ? Roger Scruton, Frédéric Saint-Clair, Othman Nasrou et Laurence Trochu ont mis en lumière la nécessaire cohérence de la droite sur le sujet.

La table ronde L’Europe en questions avec Julien Aubert, Elizabeth Montfort, Vincent Coussedière a souligné la nécessité d’une Europe qui ne soit pas un carcan juridique privant les pays de leur souveraineté.

La table ronde Qu’est-ce qu’une économie conservatrice pour une droite sociale ? avec Jean-Philippe Vincent, Jacques Bichot, Jean-Didier Lecaillon, Jean-Baptiste Giraud, a permis de rappeler que l’économie est au service de l’homme et de souligner le rôle fondamental de la cellule familial dans l’économie.


Enfin, dans sa conférence Ecologie & Société durable, Roger Scruton a mis en perspective le conservatisme et les enjeux écologiques.

Laurence Trochu dans son discours de clôture a confirmé que le conservatisme répond en de nombreux points aux préoccupations des Français, qu’ils soient ou non adhérents de Sens Commun. Et que chacun devienne ambassadeur de nos convictions sur le terrain en se présentant aux élections municipales !

 

Retrouvez les interventions

1 sur 12 (Discours d’introduction Laurence Trochu) : https://youtu.be/Ymk6Q7hl11w

2 sur 12 (Vidéo FX Bellamy) : https://youtu.be/b_nt_Rw529g

3 sur 12 (Conférence Roger Scruton): https://youtu.be/m9xr_vpASe8

4 sur 12 (Table ronde : famille-éducation-transmission) : https://www.youtube.com/watch?v=5PwlWSBo7CQ

5 sur 12 (Vidéo Bruno Retailleau) : https://youtu.be/Q_a-XiuF6ns

6 sur 12 (Table ronde : territoire et unité de la nation) : https://youtu.be/hvEgx-65IoI

7 sur 12 (Discours Laurent Wauquiez) : https://youtu.be/sp6zWTJW798

8 sur 12 (Table ronde: la droite peut-elle ne pas être conservatrice ?) : https://youtu.be/3ZzWlXNVsT0

9 sur 12 (Table ronde : l’Europe en questions) : https://www.youtube.com/watch?v=Vza6QpiLVMw&t=3s

10 sur 12 (Table ronde : qu’est-ce qu’une économie conservatrice pour une droite sociale ?) : https://youtu.be/fNMoQgyvJrA

11 sur 12 (Conférence Roger Scruton. Ecologie et société ) https://www.youtube.com/watch?v=B3oVjlIvvSk&t=363s

12 sur 10 (Discours de clôture Laurence Trochu) : https://www.youtube.com/watch?v=ruRiMMZwVgo

 

 

” width=”20″ height=”20″>