L’édito de la Présidente

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

Chers amis, 
 
A l’aube de 2021, je vous souhaite une année sereine et pleine d’espérance. L’espérance, telle que Péguy l’écrit : “Cette petite fille qui traversera les mondes. Cette petite fille de rien du tout. Elle seule, portant les autres, qui traversera les mondes révolus.”
 
 
C’est elle qui nous fait travailler à enrayer les cercles infernaux dans lesquels les démocraties peuvent sombrer. Il y a dans la société démocratique deux écueils qui relèvent tous deux de ce qu’on pourrait appeler “le narcissisme démocratique”.
Le premier résulte du repli sur soi qui guette l’homme démocratique délaissant le projet commun qui soude la société politique. Le deuxième en est la conséquence : le désintérêt pour la chose commune appelle un État omnipotent dont le rôle sera justement de pallier les difficultés inhérentes au désengagement des citoyens.
C’est parce que les hommes délaissent la sphère politique que celle-ci doit se fortifier pour organiser la société, de telle sorte que c’est l’État libéral lui-même qui engendre son contraire, un État-Providence dont les limites d’intervention sont de plus en plus difficiles à cerner. C’est en ce sens que Tocqueville pouvait parler d’un despotisme démocratique. 
 
 
C’est une joie de vous inviter à découvrir Le Manifeste du Conservatisme publié il y a quelques jours (disponible ici)  Fruit du travail qui anime le mouvement conservateur Sens Commun depuis la journée du Conservatisme de novembre 2018, c’est un document de bord sur lequel sont portés les priorités pour la France et les chemins à emprunter pour les mettre en œuvre. Ces priorités sont fondées, non pas sur des valeurs, que l’on sait relatives à l’individu qui les revendique, mais sur les principes dans lesquels s’enracine une conception de l’homme et de la société à même d’inspirer un projet politique. L’intérêt que les Français ont porté à notre démarche traduit une immense attente. Le conservatisme en France était jusqu’alors orphelin, présent sans acte de naissance, et jamais revendiqué. C’est désormais chose faite. Pour le baptiser comme il se doit, il faut d’abord l’appeler par son nom, sans s’arrêter à la caricature. C’est l’encouragement amical que nous avions reçu du philosophe anglais Roger Scruton : « Un jour, être taxé de conservateur, ce sera une fierté. »
 
Notre objectif est de diffuser durant tout le mois de janvier les propositions concrètes qui y sont formulées. Pour cela, 250 000 tracts vont être distribués dans toute la France. Votre participation à cette opération est la bienvenue! Si vous souhaitez contribuer, vous aussi, par votre engagement, à populariser le regard conservateur, vous pouvez vous pouvez vous adresser à contact@senscommun.fr pour découvrir le mode d’action qui vous convient (don ponctuel pour financer ces opérations, disponibilités pour rejoindre une équipe de diffusion… ).
 
Ce travail pour la France est une œuvre collective. Il présuppose une première personne du pluriel pour protéger du déclin les choses auxquelles nous sommes attachés et que nous aimons. Quand la menace sanitaire, économique, sécuritaire est omniprésente, chacun réalise ce à quoi il tient. Elle réveille en nous un instinct de conservation que vous avez exprimé par ces verbes : recevoir, aimer, protéger, améliorer, transmettre. 
 
La récente actualité nous montre l’acuité des menaces. En lien avec des parlementaires Les Républicains, nous avons examiné les projets de loi à l’ordre du jour, particulièrement celui contre le séparatisme, maladroitement renommé « Projet de loi confortant la laïcité et les principes républicains ». La restriction drastique de l’accès à l’éducation à domicile qu’il veut imposer s’apparente à une double peine pour les Français, qui paieront pour l’incapacité de l’État à enrayer l’islamisation à l’école. Vous trouverez notre analyse ci-après. 
Dans quelques jours, c’est au Sénat que sera discuté le texte bioéthique. En dépit du contexte sanitaire et économique, Emmanuel Macron donne la priorité à la PMA sans père et aux transgressions éthiques. Sens Commun se joindra aux manifestations partout en France les 30/31 janvier, à l’appel du collectif Marchons Enfants.
 
Soyez assurés, chers amis, de notre détermination à tenir la ligne d’obligation qui nous relie à ceux qui nous ont donné ce que nous avons. Notre souci pour l’avenir en est la prolongation. 
 
Fidèlement 
 
Laurence Trochu 
 

 

Notre rôle est de montrer que le conservatisme n’est pas un gros mot

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Dans la presse

Retrouvez l’ITW  accordée par Laurence Trochu au magazine l’Incorrect, le 12 janvier 2021

Le “Manifeste du conservatisme”. Pouvez-vous nous présenter cette publication et ses objectifs ?


Avec cette publication, nous voulons faire comprendre que le conservatisme va bien au-delà de la caricature qu’on veut en faire en l’enfermant dans le champ du sociétal. Le conservatisme est une vision d’ensemble, un état d’esprit qui permet de traiter l’ensemble des sujets relatifs à la vie d’une nation. On veut donc montrer tout le champ politique déployé par le regard conservateur. Aujourd’hui, les frontières entre la droite et la gauche sont très floues, et c’est d’ailleurs le pari qu’avait fait Emmanuel Macron : il a redessiné le paysage politique en se déclarant lui-même progressiste. Si la droite veut être en mesure d’incarner une alternative, il faut que ce regard conservateur lui permette d’éclairer ses choix politiques pour répondre aux urgences que vit notre pays.

Laïcité, séparatisme et instruction en famille

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Dans la presse

Laïcité, séparatisme et instruction en famille, la liberté ne guide plus nos pas.

Pour Laurence Trochu, présidente du Mouvement conservateur Sens Commun et membre du bureau politique des Républicains, la restriction drastique de l’accès à l’éducation à domicile que veut imposer Emmanuel Macron s’apparente à une double peine pour les Français, qui paieront pour l’incapacité de l’État à enrayer l’islamisation à l’école.

Monsieur le Président de la République, rétablissez la liberté de culte !

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

Sens Commun, le Mouvement Conservateur au sein des Républicains, est plus que tout attaché au respect des libertés fondamentales. La liberté de culte fait partie de celles-ci, et n’est pas une simple liberté de réunion comparable à d’autres activités sociales ou commerciales. Il s’agit véritablement d’une activité essentielle pour tous les croyants, que rien ne saurait enfreindre.

Sens Commun dénonce fermement les décisions interdisant la pratique du culte et le rejet par le Conseil d’État des recours déposés en réaction à cette interdiction. Sens Commun s’associe à toutes les actions légales qui pourront être mises en œuvre pour continuer à réclamer le rétablissement de la liberté de culte en France dans le respect de consignes sanitaires appropriées.

A l’approche de la période de Noël, Sens Commun appelle le Président Emmanuel Macron à ne plus s’immiscer dans l’exercice du culte, et à entendre la demande des Chrétiens, déjà fortement éprouvés par l’attentat de Nice, en supprimant l’article 47 du décret dit « de re-confinement » du 29 octobre 2020, afin de rétablir sans délai le droit fondamental à la liberté de culte permettant la célébration de la messe.

 

Le mot de la présidente

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

Chers amis, 

C’est le cœur lourd que j’écris ces quelques mots qui accompagnent notre lettre mensuelle. Nous sommes abasourdis par les épisodes d’attentats des derniers jours. 

Cet enchaînement nous donne à voir une réalité cruelle : ce ne sont pas des crimes, ce sont des déclarations de guerre. Les hommages rendus et les marches blanches ne servent à rien tant que des moyens concrets et efficaces de lutter contre le terrorisme islamique ne sont pas déployés. Il ne s’agit pas tant d’inventer de nouvelles solutions que de faire respecter la loi, de la faire appliquer par tous, pour tous. Le travail des forces de sécurité – police, gendarmerie, renseignements – appelle une réponse pénale à la hauteur de la guerre qui nous est déclarée par l’islamo-fascisme. La maîtrise de l’immigration, dont nous voyons bien qu’elle est un des canaux de la propagation de l’idéologie barbare qu’est l’islam politique et culturel, est une urgence. C’est une question de volonté politique face à ceux qui viennent “jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes”. 

Sens Commun appelle, avec constance et cohérence, à une réponse globale. Vous avez peut-être vu sur les réseaux sociaux les relais de nos propositions concrètes que vous retrouverez également ici. En juillet dernier, j’avais cosigné avec le Sénateur Sébastien Meurant une tribune sur la réponse conservatrice au défi posé par l’islam conquérant. Ce que nous voyons aujourd’hui est le résultat des renoncements qui ont petit à petit détruit la France parce qu’ils n’ont trouvé en face d’eux que lâcheté et passivité, voire collaboration. 

Cette crise, sécuritaire et sanitaire réveille en chacun de nous l’instinct de conservation. En temps de crise, il y a évidemment une hiérarchie à établir entre les priorités. L’urgence est d’éviter l’effondrement économique de la France. Avec l’activité de toute la planète en pause pendant plusieurs mois, une hausse du chômage, une chute du PIB que le second confinement va aggraver, il est bien évident que des mesures conjoncturelles doivent être prises. 

Elles ne doivent pas occulter une réflexion sur les véritables causes et les dysfonctionnements de notre pays. Cette crise est en réalité un révélateur du drame français, des faiblesses structurelles de notre pays. Inutile de déverser des milliards dans l’économie si on ne réforme pas radicalement ce qui nous a progressivement conduits à la crise et à sa gestion déplorable. 

Il faut donc des solutions concrètes. Le rôle du politique n’est pas d’allumer des bougies. Il est de décider et d’agir. C’est pourquoi, le Mouvement Conservateur Sens Commun a présenté le 12 octobre dernier la restitution de la grande consultation du printemps lors d’une soirée qui s’est tenue au siège des Républicains avec 80 personnes présentes et 2000 connectées en Facebook Live. Le Manifeste du Conservatisme, fruit de ce travail, va sortir dans quelques jours et nous serons heureux de vous l’adresser. C’est un véritable carnet de bord qui détaille non seulement les principes conservateurs mais aussi les propositions concrètes pour les mettre en œuvre. Ce n’est pas un document exhaustif mais les mesures d’urgence du Mouvement Conservateur pour mettre fin à la liquidation de la France.  Nous porterons inlassablement ces mesures dans le débat public et auprès de nos parlementaires. Un texte à l’initiative de notre élue au Conseil Régional, Caroline Carmantrand, a mobilisé 161 élus pour dénoncer la réforme du congé parental qui se prépare en douce. Elle a été un véritable lanceur d’alerte. Le combat pour la liberté des familles continue! 

L’intérêt accordé à notre consultation traduit une immense attente. Le conservatisme en France était jusqu’alors orphelin, présent sans acte de naissance, et jamais revendiqué. Cette difficile naissance n’implique pas qu’il n’ait pas d’avenir. Pour le baptiser comme il se doit, il faudrait d’abord l’appeler par son nom, sans s’arrêter à la caricature. C’est l’encouragement amical que nous avions reçu du philosophe anglais Roger Scruton : « Un jour, être taxé de conservateur, ce sera une fierté. »

A vous et vos familles, je souhaite de ne pas perdre la flamme de l’espérance qui grandit dans l’adversité. A ceux d’entre nous qui sont meurtris dans leur foi catholique par l’attaque terroriste de Nice, je souhaite une belle fête de la Toussaint en communion avec ceux qui leur sont chers. 

Laurence Trochu