L’IVG “c’est toujours un drame et cela restera toujours un drame.”

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités

À compter du 20 janvier, l’Assemblée nationale avait changé la loi Veil de 1975 en supprimant la notion de « situation de détresse » inscrite au cœur de celle-ci. Il est aujourd’hui question de faire de l’IVG un droit fondamental.

Le constat est pourtant simple à poser : oui ou non, l’IVG est-elle une opération banale, un évènement que nous partageons avec joie, bonheur et enthousiasme ? À l’évidence non, c’est un événement pénible, pour ne pas dire dramatique. Il faut le réaffirmer parce que les gens le savent et rejettent les euphémismes et la langue de bois.

Pourquoi nous ne donnons pas de consigne de vote

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Tribune

Certains parmi vous ont pu être surpris que nous ne donnions pas de consignes de vote pour les élections à la présidence de l’UMP. J’aimerais pouvoir vous exposer en quelques lignes les raisons de ce choix.

Si nous nous sommes engagés en politique avec vous, c’est pour nous battre pour des idées plutôt que pour des égos, car ce sont, entre autres, les conflits d’ambitions qui ont conduit l’UMP à la crise.

Nous avons lancé le manifeste « La droite que nous voulons » pour recentrer le débat sur l’essentiel, sur les convictions et les principes qui devront servir de base à une reconstruction durable de la droite, et ce quelles que soient les chapelles politiques.

1er Atelier formation : Education & Transmission

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités

Mercredi soir, dans plusieurs villes de France ont eu lieu les tout premiers Ateliers formation Sens Commun. À Paris, au siège de l’UMP, ce sont près de 350 personnes qui ont répondu à notre invitation. Des intervenants de qualité, comme l’ancien ministre de l’Éducation nationale Gilles de Robien, ont échangé avec les nombreux adhérents et sympathisants venus réfléchir sur les moyens d’enrayer la faillite de notre École.

Plusieurs pistes de réflexion ont été lancées et seront au cœur des travaux du pôle Étude de Sens Commun. D’autres ateliers doivent avoir lieu cette semaine et une deuxième session se déroulera prochainement.

CSA, le discrédit

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités

Que l’«autorité administrative indépendante» qu’est le CSA ait toujours “copiné” avec la majorité en place, l’affaire n’est pas neuve. D’aucuns ont hurlé au scandale politique lorsque, le 30 juillet, le CSA a refusé l’entrée de LCI sur la TNT: le Conseil ne faisait finalement que remplir son rôle de régulateur économique. Il y avait toutefois eu préalablement deux autres épisodes estivaux, moins médiatisés, et pourtant bien plus inquiétants.

Le 11 juillet, le CSA publie trois études « sur les stéréotypes féminins pouvant être véhiculés » dans les émissions de divertissement, dessins animés et séries télé – les femmes y seraient trop belles, douces et maternantes, trop associées à des métiers féminins… et trop fidèles. À l’origine de cette étude, on retrouve le projet de loi pour l’égalité hommes-femmes, qui confie au CSA « la mission de lutter contre les stéréotypes sexistes ». Le CSA s’empresse néanmoins de rassurer les réalisateurs :«Il ne s’agit en aucun cas(…) de limiter la liberté de creation des auteurs.» Avant d’être contredit par les propos du véritable metteur en scène de l’histoire, Mme Vallaud- Belkacem : « Il s’agira de donner au CSA des compétences pour contrôler que ce qui est diffusé ne représente pas une atteinte à l’image des femmes. Certaines contraintes peuvent être intégrées dans le cahier des charges au moment de la commande d’une fiction par exemple ».

Communiqué de Sens Commun

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Actualités, Communiqués

« Il est urgent de réconcilier la politique avec le réel et de s’engager maintenant en politique, au service de nos concitoyens. » Tel est l’appel lancé par le mouvement Sens Commun depuis bientôt un an.

Nous faisons partie de générations réveillées par un mouvement social inédit de mobilisation contre « la réforme de civilisation » telle que définie par Christiane Taubira dans l’élan de sa loi dite du “mariage pour tous”.

Dans ce contexte, et au delà des enjeux sociétaux, nous avons souhaité rejoindre notre famille politique, représentée par l’UMP : notre parti qui s’est très majoritairement et courageusement mobilisé avec les millions de français dans la rue.

S’engager dans la durée

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités

Carte d'adherent Sens Commun

C’est officiel : le mouvement social qui a touché la France au printemps 2013 n’est pas mort ! Plus de 700 personnes sont venues assister à la réunion publique de Sens Commun le 29 avril dernier. Toutes ont le même objectif : reconstruire la droite pour reconstruire la France.

Il y a un an, nous avons réagi et tracté, manifesté, veillé… Mais nous ne nous étions pas préparés à empêcher une réforme en marche depuis des années. S’il est une leçon à tirer de cette expérience, c’est que l’engagement politique se construit dans la durée et que nous devons tous rester mobilisés.

La jeunesse de France est réaliste

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Articles non categorisés

L’enquête « Génération quoi ? » rendue publique cette semaine par le Monde, est riche de nombreux enseignements. Alors que certains la décrivent volontiers dépressive et révoltée, la jeunesse de France (18-34 ans) est simplement réaliste. Plus cabossée peut-être que ses aînés, elle est sans doute plus mûre, certainement moins infantilisée. Et elle exprime avec force des exigences qui interpellent.

Le 2 février, nous serons dans la rue

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Communiqués

Comme tant d’autres Français, les membres de l’équipe Sens Commun descendront ce dimanche dans les rues de Lyon et de Paris, afin de participer à la Manif pour tous.

Nous serons dans la rue pour exprimer, par notre présence physique sur le pavé, notre détermination face à la politique sociétale du gouvernement, une politique toujours plus déconnectée du réel, source de divisions et d’injustices.