Bioéthique : c’est la sexualité qui fait la politique

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

Le progressisme à l’œuvre dans le projet de loi de bioéthique, que le gouvernement veut faire adopter avant l’été, vise la déconstruction des repères élémentaires. Sa thèse est simple : tout est un construit social et tout peut donc être déconstruit. Il ne cherche pas à améliorer et réformer le monde, mais à le transformer, dénonce Laurence Trochu, présidente du mouvement conservateur Sens Commun, membre du bureau politique LR et conseillère départementale des Yvelines. Tribune

Retrait de la loi bioéthique

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

Les sénateurs ont rejeté l’article 1er du projet de loi bioéthique ouvrant le droit à la PMA sans père et sans motif médical. 

Le Gouvernement et la commission s’apprêtent pourtant à faire revoter cet article, alors que l’urgence est à la crise sanitaire, sociale et économique dont les Français souffrent chaque jour.

Nous demandons au Gouvernement de retirer l’ensemble du projet de loi bioéthique. Les Français ne comprennent pas cet entêtement coupable à maintenir ce texte alors même que des réformes plus importantes telles que le grand âge ont été ajournées.

Il est indécent de mobiliser le Parlement sur un projet de loi qui divise autant la société et qui ne revêt aucun caractère d’urgence. Le Gouvernement et le Parlement doivent se concentrer entièrement sur la crise. 

Si le Gouvernement ne renonce pas, les sénateurs ont un levier : en s’opposant à nouveau à l’article 1, ils peuvent éviter cette “rupture anthropologique majeure” contre laquelle nous a mis en garde l’Académie de Médecine.

La droite a un devoir d’humanité pour mettre fin à la folie du progressisme.

 

 

Le Mouvement Conservateur Sens Commun appelle à la mobilisation contre le projet de loi bioéthique.

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

A l’appel du collectif « Marchons Enfants », nous manifesterons partout en France et  appelons à manifester les 30 et 31 janvier, pour nous opposer au projet de loi bioéthique. 

Adopté en seconde lecture par les députés le 1er août, le projet de loi bioéthique revient en débat au Sénat début février. Nous demandons le rejet de l’ensemble de ce projet de loi. En plus de la PMA sans père, il ouvre en effet la voie à de nouveaux risques liés à la recherche sur l’embryon et ses cellules-souches : bébés OGM, FIV à trois parents, chimères animal-homme, création de gamètes et industrialisation du corps humain sont également à l’ordre du jour. Il annonce ainsi le basculement de la France vers le marché de la procréation artificielle et de la modification génétique de l’être humain. 

Notre rôle est de montrer que le conservatisme n’est pas un gros mot

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Dans la presse

Retrouvez l’ITW  accordée par Laurence Trochu au magazine l’Incorrect, le 12 janvier 2021

Le “Manifeste du conservatisme”. Pouvez-vous nous présenter cette publication et ses objectifs ?


Avec cette publication, nous voulons faire comprendre que le conservatisme va bien au-delà de la caricature qu’on veut en faire en l’enfermant dans le champ du sociétal. Le conservatisme est une vision d’ensemble, un état d’esprit qui permet de traiter l’ensemble des sujets relatifs à la vie d’une nation. On veut donc montrer tout le champ politique déployé par le regard conservateur. Aujourd’hui, les frontières entre la droite et la gauche sont très floues, et c’est d’ailleurs le pari qu’avait fait Emmanuel Macron : il a redessiné le paysage politique en se déclarant lui-même progressiste. Si la droite veut être en mesure d’incarner une alternative, il faut que ce regard conservateur lui permette d’éclairer ses choix politiques pour répondre aux urgences que vit notre pays.

Laïcité, séparatisme et instruction en famille

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Dans la presse

Laïcité, séparatisme et instruction en famille, la liberté ne guide plus nos pas.

Pour Laurence Trochu, présidente du Mouvement conservateur Sens Commun et membre du bureau politique des Républicains, la restriction drastique de l’accès à l’éducation à domicile que veut imposer Emmanuel Macron s’apparente à une double peine pour les Français, qui paieront pour l’incapacité de l’État à enrayer l’islamisation à l’école.