Archives de l’auteur

Le mot de la Présidente

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

 

 

En ce funeste jour où l’article 1 de la loi de bioéthique ouvrant la PMA à toutes les femmes vient d’être voté, l’appel de Sens Commun à manifester le 6 octobre prend un relief particulier. C’est aussi l’occasion pour moi de vous partager deux mots qui vont éclairer les choix de Sens Commun dans les mois qui viennent.

 

Résistance : “capacité d’opposer une force”

En 2013 encore, l’adversaire s’appelait la gauche. Aujourd’hui, nous savons que le progressisme a un spectre beaucoup plus large à même d’encercler ceux qui jusqu’à présent se définissaient de droite. Ce progressisme est un refus de toutes les frontières, et de la notion même de limite: il est au-delà de l’humain quand il prétend que deux femmes peuvent enfanter, au-delà de la Nation quand il ne voit pas que la frontière protège, au-delà de la civilisation quand il nie l’existence de la culture française et se fait l’apôtre du multiculturalisme. Mais être en capacité de résister présuppose la volonté de  s’opposer. 

Opposition : “situation de ce qui est en contradiction avec”

Nous sommes résolument dans l’opposition au progressisme d’Emmanuel Macron. Nous n’acceptons pas de gommer ce qui est en contradiction avec le regard conservateur que nous portons sur la France parce que nous voulons conserver ce qui a de la valeur et préserver ce à quoi nous tenons. Nous ne sommes pas de ceux qui renient leurs convictions au gré des sondages ou des opportunités et nous ne le serons pas. 

 

Être dans l’opposition est en effet affaire de volonté politique et nécessite un esprit de résistance. Cette volonté, Sens Commun l’a toujours eue face aux gouvernements qui se sont succédé depuis 2012. Être en résistance est en revanche affaire de capacité. Or, la capacité d’un parti politique réside dans les compétences de son équipe, le nombre de ses adhérents et sympathisants, et sa puissance de mobilisation. Autrement dit, Sens Commun a aussi besoin de vous, de chacun de vos engagements, de chacune de vos adhésions pour mener les combats civilisationnels qui nécessitent audace et espérance. 

Nous n’aurons jamais trop de ces fiers esprits qui jugent, critiquent et résistent. Ils sont le sel de la cité.” disait Alain (Propos d’un Normand)

Bien fidèlement,

Laurence Trochu

Loi bioéthique: une dérive peut en cacher une autre

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

FIGAROVOX/TRIBUNE – À la veille de l’examen du projet de loi bioéthique, Laurence Trochu, présidente de Sens commun, appelle à rejeter la totalité de ce projet qui – en plus de la «PMA pour toutes» – ouvre la voie à de nouveaux risques liés à la recherche sur les embryons humains.

À juste titre, une grande attention est portée au projet de loi bioéthique qui ouvrira la PMA à toutes les femmes, célibataires ou en couple. Mais la médiatisation de la PMA pour toutes ne doit pas dissimuler les enjeux majeurs de la troisième révision de la loi bioéthique qui concerne aussi la recherche sur l’embryon et ses cellules-souches: bébés OGM, FIV à trois parents, chimères animal-homme, création de gamètes et industrialisation du corps humain sont également à l’ordre du jour. 

Lire la suite sur le site du Figaro

La PMA pour toutes institutionnalise une inégalité entre les enfants

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés, Dans la presse

Réagissant aux mises en garde de l’Académie de médecine sur l’ouverture de la PMA aux femmes en couple et aux femmes seules, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, s’est exclamé au micro de RTL qu’ “aujourd’hui, un quart des familles françaises sont monoparentales. Ne me dites pas que tous les enfants qui y naissent ne sont pas bien construits psychologiquement “…

Elle a tort et sans doute n’a-t-elle pas lu attentivement les chiffres récents de l’INSEE pourtant si instructifs: 85 % des familles monoparentales sont constituées de mères seules, 19 % vivent sous le seuil de pauvreté (contre 8 % en moyenne nationale), 42 % des mères seules travaillent à temps partiel et 42 % des enfants de ces familles atteignent la seconde sans redoublement (contre 62% pour les familles traditionnelles).

Lire l’article sur Le Figaro

Loi bioéthique : Sens Commun appelle à manifester le 6 octobre

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

 

“MARCHONS ENFANTS” CONTRE LE PROJET DE LOI BIOÉTHIQUE

POURQUOI SENS COMMUN APPELLE À MANIFESTER LE 6 OCTOBRE

Le projet de loi bioéthique sera débattu à l’Assemblée Nationale à partir du 24 septembre. Attachés à la construction d’une société durable et conscients que les graves réserves éthiques soulevées durant l’examen du projet de loi bioéthique n’ont pas été retenues, nous rappelons notre refus catégorique de voir l’humain devenir un matériau ou un bien de consommation. 

Oser le conservatisme: un espoir pour la France

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Dans la presse

Lorsque nous avons créé Sens Commun, en 2013, nous avons alerté sur la décomposition doctrinale d’une droite contrainte au grand écart par son obsession du consensus. Nous avons été critiqués, caricaturés et nous avons parfois suscité la défiance d’élus qui ne comprenaient pas que de simples militants décident de s’organiser à leurs côtés, libres, pour rappeler ce qu’est « La Droite Que Nous Voulons ». Nous dérangeons en effet ce qu’il est convenu d’appeler le « politiquement correct » dans son entreprise que l’essayiste Mathieu Bock Côté résume ainsi : « Heurter le sens commun, le déstabiliser et lui faire perdre toute valeur d’évidence, pour qu’il ne subsiste qu’à la manière de stéréotypes à congédier et de préjugés à déconstruire ».

 

PMA sans père : communiqué

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

L’urgence d’ouvrir la #PMA à tous les couples et même aux femmes célibataires ne saute décidément pas aux yeux, lorsque l’on voit le travail qui reste à accomplir sur des dossiers hautement prioritaires et sensibles que sont la réforme du système de retraite, au bord de l’implosion, ou encore l’indispensable ré-industrialisation de la France, seul moyen efficace et durable de relancer la machine à créer les emplois, là où se trouvent les Français à la recherche d’un travail.