Archives de l’auteur

Combattre l’islamisme

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

“Nous sommes en guerre”, affirmait Emmanuel Macron le 16 mars dernier, usant d’un vocabulaire martial pour parler… du coronavirus.

Le 16 octobre 2020, l’assassinat de Samuel Paty témoigne, s’il le fallait, que la guerre est ailleurs, tapie au coeur de la France même. Le terrorisme n’est que la partie la plus spectaculaire de ce combat engagé contre la France, il y a plusieurs années déjà. La vraie guerre est celle contre les islamistes.

Pourquoi nous manifesterons le 10 octobre

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

 

Demain, comme le prévoit le projet de loi bioéthique, il sera possible de fabriquer des enfants sans père, des bébés médicaments, des chimères homme-animal, de manipuler des embryons à des fins d’expérimentation et même de tuer un enfant bien portant dans le ventre de sa mère jusqu’à la veille de l’accouchement (IMG) en raison d’une «détresse psychosociale».


Cette semaine une loi vient d’être votée, qui supprime le délai de réflexion de 48h avant une IVG, banalisant ainsi un acte qui ne l’est pas. Rappelons que pour un prêt bancaire, la loi prévoit un délai obligatoire de 11 jours pour réfléchir et se rétracter !


Or l’enfant à naître, n’est pas un objet que l’on peut bricoler, trafiquer, vendre ou dont on peut se débarrasser.


Nous ne voulons pas du monde inhumain que nous organise le progressisme fou ! C’est pourquoi à l’appel du collectif «Marchons Enfants», nous manifesterons partout en France et appelons à manifester le samedi 10 octobre, pour nous opposer au projet de loi bioéthique.


Le vrai progrès est du côté de ceux qui protègent le plus faible.

 

Loi bioéthique : un déni d’humanité

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

Présenté comme une priorité (sic) en pleine crise sanitaire et économique, le projet de loi bioéthique a été voté en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, dans la nuit, en plein milieu de l’été, à la va vite, sans vote solennel, à l’issue d’un débat bâclé qui n’a pas permis d’aborder sereinement les graves conséquences de la loi, dans un hémicycle vide (seulement 101 députés sur 577). Le gouvernement aura donc choisi un format à la sauvette pour un TEXTE MAJEUR qui évacue le droit des enfants au nom de l’égalitarisme qui sert de prête-nom au progressisme sans limites.


Ce projet de loi transgressif ouvre mécaniquement la voie à la légalisation de la GPA en France; il évacue la figure du père pourtant fondatrice; il affirme qu’un enfant peut naître de deux mères, qu’il n’a pas besoin de connaître ses origines avant 18 ans.  Cachés derrière cet “amour” qui fait la filiation se profilent de juteux profits financiers. Les droits se percutent : droit à l’enfant, droit à procréer garanti par la collectivité; droit à ne pas avoir de père, droit à se faire payer un enfant par l’argent public… Quant à l’embryon, il devient une marchandise comme les autres.  L’autorisation de créer des embryons chimériques (homme-animal) atteste, pour ceux qui en douteraient encore, que l’éthique n’est pas la préoccupation de la majorité. Faisant fi du principe de précaution qui pourtant devrait s’appliquer à l’être humain, la majorité s’affranchit du respect de la nature humaine. Les enfants de demain qui sont les grands sacrifiés de ce texte et pourront légitimement demander des comptes aux apprentis sorciers d’aujourd’hui.

Nous reconnaissons le courage et le travail juridique rigoureux de certains députés qui, dans le maigre temps qui leur a été stratégiquement imparti, ont pointé les incohérences ainsi que les dérives de ce texte et qui se sont opposés à ce projet de loi avec conviction.


La gravité du sujet ne peut se satisfaire de la légèreté avec laquelle le gouvernement a pris part à ce débat; encore moins de la faiblesse juridique des réponses portées par la majorité. Il appartient désormais aux Sénateurs de retravailler ce texte à l’automne pour éviter cette “rupture anthropologique majeure” contre laquelle nous a mis en garde l’Académie de Médecine.

La droite aura un devoir d’humanité pour mettre fin à la folie du progressisme.

 

S’il suffisait d’aimer…

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

 

A la veille de l’examen du projet de loi de bioéthique qui sera examiné cette semaine à l’Assemblée nationale, LREM a fait circuler une note, qui proclame que cette loi porte «une nouvelle philosophie de la parentalité, reposant sur un projet parental et l’amour que l’on souhaite donner à un enfant, sans que le critère biologique ne prime”.

Aux personnes qui questionnent avec intelligence et légitimité la portée anthropologique de ce texte, il est opposé un facile “c’est la loi de l’Amour” censé museler l’interlocuteur.

Or le rôle de l’État est d’être juste,  pas de réglementer nos amours et nos sentiments, sans quoi il peut en leur nom justifier l’injustifiable comme l’a effectué Christophe Castaner alors Ministre de l’Intérieur, en déclarant que « l’émotion  dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent ».

Dans cette même logique, au nom de “l’amour” des députés s’apprêtent à autoriser la fabrication d’enfants délibérément privés de père et d’accès à leur filiation. Au nom de “l’amour”, ils veulent permettre la technique du  ROPA qui est une forme de GPA. Au nom de “l’amour”, ils préconisent de sélectionner davantage les êtres humains sur des critères génétiques. Au nom de “l’amour”, ils balayent d’un revers de main les priorités économiques et sociales des Français en souffrance qu’ils sont pourtant censés représenter. Au nom de “l’amour”, le débat démocratique a été réduit à 25h au cœur de l’été. Au nom de “l’amour” sont traités de “réacs-sans-amour-et-homophobes-de-surcroît tous ceux qui mettent en garde contre un basculement anthropologique.

L’émotion ainsi dévoyée ne peut tenir lieu de boussole. C’est donc au nom de la dignité humaine que pour notre part, nous souhaitons le retrait de ce projet de loi ni bio, ni éthique,  et que nous continuerons à défendre sans relâche toute manipulation ou marchandisation du corps humain.

 

L’unité de la Nation exige le retrait du projet de loi bioéthique

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Dans un contexte sanitaire encore fragile, et malgré l’extrême gravité de la crise économique et sociale, Emmanuel Macron a fait le choix d’inscrire le projet de loi bioéthique à l’ordre du jour de la session extraordinaire de l’Assemblée nationale, dès le 6 juillet.


Cette décision est déplacée mais également irresponsable car elle vient fracturer davantage la société française à l’heure où toute l’énergie du gouvernement et de sa majorité devrait être tournée vers la seule reconstruction et l’unité de la Nation. La priorité n’est ni à la création, ni au financement par la sécurité sociale en faillite, d’enfants sans père ou d’embryons chimériques (homme-animal). L’heure est à la mobilisation sans détour pour l’emploi,  la santé, la sécurité, l’environnement.


Dans un sondage IFOP du 15 juin 2020, 71% des Français estiment que le projet de loi bioéthique doit rester suspendu ou retiré pour donner la priorité à la gestion des conséquences de la crise du Covid-19. Seuls 1% des Français jugent ce projet prioritaire.


Si Emmanuel Macron veut endosser le costume de Charles de Gaulle comme il a tenté de le faire depuis Londres le 18 juin en convoquant la concorde et l’unité de la Nation, il lui faut être cohérent et passer des déclarations d’intention aux actes. Il doit renoncer à ce projet de loi bioéthique clivant pour se concentrer sur les priorités et les besoins vitaux des Français. Il pourrait alors dire aux Français : « Je vous ai compris ». Tout le reste n’est que posture.

 

 

Communiqué 2ème tour des Municipales à Lyon

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

 

Pour empêcher que l’extrême-gauche radicalisée, avec sa vitrine EELV, ne prenne le pouvoir à Lyon et dans sa métropole, une alliance locale des candidats des listes LR et LREM a été conclue.

Si l’engagement de discussions était compréhensible au vu de la gravité de l’enjeu, un tel accord ne pouvait s’effectuer qu’autour d’un projet clair, qui n’exige pas de la droite qu’elle renonce à sa composante conservatrice. Les conditions posées par Gérard Collomb révèlent que l’ostracisme et l’exclusion restent bien le fond de commerce de la gauche, quel que soit son nom. Nous en prenons acte et nous en tirerons localement toutes les conséquences politiques, tandis que Monsieur Collomb et ses amis en porteront à l’avenir la lourde responsabilité. 

Cette situation met en lumière que Sens Commun, le mouvement conservateur, est aujourd’hui perçu comme une opposition ferme au progressisme d’En Marche par son net refus d’une ligne post-nationale, multiculturaliste et transhumaniste. C’est donc un hommage à nos convictions et à la clarté de nos combats qui nous est indirectement rendu.