Archives de l’auteur

Sainte-Sophie: «Nous Occidentaux, devons nous réarmer face à la montée de l’Islamisme»

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

FIGAROVOX/TRIBUNE – Le président turc a officialisé aujourd’hui la reconversion de la basilique Sainte-Sophie en mosquée faisant fi de toutes les critiques adressées par l’Occident. Notre incapacité à nous imposer face à Erdogan et à l’islamisme découle directement de notre incapacité à nous penser comme espace civilisationnel affirment Laurence Trochu et Sébastien Meurant.

Protection de la nature et société durable : on s’y met quand ?

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

Si pour Jean Castex, le nouveau Premier ministre, “l’écologie n’est pas une option”, Xavier Breton, député LR et Laurence Trochu, présidente de Sens Commun, alertent des dangers d’une écologie-gauchisme qui sanctuarise la nature, mais attaque la nature de l’homme. Tribune.

Et s’il existait un lien entre la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et le projet de loi de bioéthique ? Alors qu’au nom de la protection de l’environnement cette centrale est fermée pour des motifs que l’idéologie gagne à la raison, l’espèce humaine semble bien la seule à ne pas bénéficier du principe de précaution. 

Un RIP pour le bien-être animal?

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

Le RIC (référendum d’initiative citoyenne), emblème des gilets jaunes, est mort et enterré. Sa nouvelle mouture plus contraignante, le RIP (référendum d’initiative populaire), est inaugurée en grande pompe par le journaliste Hugo Clément et des entrepreneurs comme Xavier Niel. Laurence Trochu s’indigne et dit « R.I.P. la démocratie ! »

Après le RIC, le RIP. Au référendum d’initiative citoyenne succède le référendum d’initiative populaire, différence moins anodine qu’il n’y paraît. Si le RIC, non reconnu en droit français à ce stade, permet la saisine relativement facile de l’Assemblée nationale par tout groupe de citoyens un tant soit peu organisé, le RIP est plus contraignant : il faut, pour que les députés puissent se saisir du sujet, l’appui préalable d’1/5 des parlementaires (185) et de 10% des personnes inscrites sur les listes électorales (4,7 millions).