Archives de l’auteur

Oser le conservatisme: un espoir pour la France

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Dans la presse

Lorsque nous avons créé Sens Commun, en 2013, nous avons alerté sur la décomposition doctrinale d’une droite contrainte au grand écart par son obsession du consensus. Nous avons été critiqués, caricaturés et nous avons parfois suscité la défiance d’élus qui ne comprenaient pas que de simples militants décident de s’organiser à leurs côtés, libres, pour rappeler ce qu’est « La Droite Que Nous Voulons ». Nous dérangeons en effet ce qu’il est convenu d’appeler le « politiquement correct » dans son entreprise que l’essayiste Mathieu Bock Côté résume ainsi : « Heurter le sens commun, le déstabiliser et lui faire perdre toute valeur d’évidence, pour qu’il ne subsiste qu’à la manière de stéréotypes à congédier et de préjugés à déconstruire ».

 

PMA sans père : communiqué

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

L’urgence d’ouvrir la #PMA à tous les couples et même aux femmes célibataires ne saute décidément pas aux yeux, lorsque l’on voit le travail qui reste à accomplir sur des dossiers hautement prioritaires et sensibles que sont la réforme du système de retraite, au bord de l’implosion, ou encore l’indispensable ré-industrialisation de la France, seul moyen efficace et durable de relancer la machine à créer les emplois, là où se trouvent les Français à la recherche d’un travail.

Nos questions à Julien Aubert

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

1)  Quelles thématiques jugez-vous prioritaires de porter ? Quel est votre projet, votre vision pour la France ?

L’indépendance de la France, la liberté et la dignité de l’Homme, l’aménagement du territoire, la justice sociale, la défense des classes moyennes et populaires.


2)  Questionnez-vous la pertinence du modèle UMP comme alliance structurelle de la droite et du centre ?

Oui, je le questionne. Le parti “auberge espagnole” sert de la soupe tiède depuis 7 ans. Je suis pour un modèle confédéral de deux partis de droite (modéré/libéral et populaire/eurocritique) avec un seul candidat pour la présidentielle. Le Centre ferait des alliances de l’extérieur (notamment avec le parti modéré) mais ne serait plus à l’intérieur.


3) Diriez-vous que la Droite n’est pas Macron compatible ?

La Droite ce n’est pas un logiciel qui s’adapte en fonction du processeur. Toute personne qui met le politique au dessus de la contrainte économique, c’est à dire la démocratie avant le marché, l’Homme avant le bénéfice, la Nation avant la mondialisation ne peut pas être “compatible” avec le Macronisme qui n’est pas libéral mais néo-libéral.


4) Quelle gouvernance souhaitez-vous ? Comment voulez-vous travailler avec Sens Commun ? Quelle place faites-vous à notre mouvement dans la structure LR ?

Je souhaite remettre de la responsabilité dans les instances internes en mettant fin aux fausses concertations et aux organisations pyramidales déconnectées de la base. Les mouvements associés auront un siège au bureau politique, dont la composition sera revue et resserrée.

 

Parrainer Julien Aubert

Cliquez ici :     

https://mailchi.mp/c67542bd252f/oser-la-droite-avec-aubert?ct=t(EMAIL_CAMPAIGN_6_29_2019_18_15_COPY_03) 

Nos questions à Guillaume Larrivé

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

1)  Quelles thématiques jugez-vous prioritaires de porter ? Quel est votre projet, votre vision pour la France ?

Réveillons-nous ! La paix civile est menacée lorsque trois morceaux de France se font face : les métropoles mondialisées, où se concentrent les innovations, les investissements, les emplois ; les petites villes et les villages, que l’on appelle parfois la France périphérique et qui sont pourtant, selon moi, le cœur battant de la Nation ; des enclaves communautaristes, ghettoïsées, à l’image des territoires occupés qui cernent aujourd’hui la nécropole des rois de France à Saint-Denis. Comment réparer les fractures françaises et réussir à bâtir une nouvelle unité nationale ? C’est l’enjeu politique central pour aujourd’hui et pour demain.


La mission prioritaire des Républicains doit donc être de préparer, entre 2019 et 2021, un projet pour gouverner la France après M. Macron. Ce projet doit être guidé par un objectif stratégique : la réconciliation nationale. Nous sommes la Nation française,nous ne sommes pas une juxtaposition d’individus, une collection de communautés, une addition de tribus.


La réconciliation de la France avec elle-même, afin d’assumer notre identité, notre Histoire, notre destin singulier d’Etat-Nation, puissance européenne et mondiale. Il est vital, à cette fin, d’organiser l’arrêt de l’immigration de masse, d’affirmer l’autorité régalienne de l’Etat, de lutter contre l’islamisation.

La réconciliation des Français entre eux, alors qu’ils se regardent aujourd’hui les uns et les autres avec méfiance, face à face. Cette réconciliation nécessaire sera aussi une libération des Français. La baisse volontariste de la dépense publique doit permettre une diminution des prélèvements sur tous les Français qui veulent travailler, innover, avancer – et transmettre. Retrouvons ainsi le goût de la liberté et de la responsabilité. Appliquons l’adage de Disraeli : conserver ce qui vaut, réformer ce qu’il faut.


Pour ce qui est des « questions de société », ma ligne est claire : je respecte la liberté des personnes mais je ne veux pas, comme législateur, que nous franchissions la barrière qui nous sépare du transhumanisme. C’est pourquoi, à l’automne, comme député, je voterai contre les articles de la loi autorisant la PMA sans père : je ne veux pas que nous basculions dans un monde où des bébés seraient créés sur commande et presque sur mesure. Cette inquiétude m’habite et m’incite à refuser les faux progrès qui seraient, en réalité, à la source de grands malheurs pour l’humanité.


2)  Questionnez-vous la pertinence du modèle UMP comme alliance structurelle de la droite et du centre ?

Si je suis élu président des Républicains, je veux transformer le parti pour qu’il devienne le grand mouvement populaire capable de gouverner la France après M. Macron.


Il ne s’agit pas de « refaire l’UMP » ni même de « reconstruire LR », mais de bâtir, à partir de la situation actuelle, une force majoritaire.


Au plan politique, l’enjeu est de passer d’une situation désastreuse à l’instant t (un score historiquement bas aux élections européennes, qui implique que la plupart des Français regardent aujourd’hui LR comme l’un des petits partis d’hier) à une capacité de conviction, en mai 2022, d’une majorité de Français.


C’est un immense défi que nous ne pourrons relever que si nous savons, sans nous renier, nous élargir. Est-ce possible ? Je le crois, grâce aux idées que nous saurons assumer dans le débat public, aux solutions que nous saurons proposer aux Français, et grâce à une nouvelle organisation. Il ne s’agit donc pas de faire des compromis avec telle ou telle structure, mais de tracer notre propre chemin. A nous de retrouver la capacité de convaincre, qui donne la force de gagner.


3) Diriez-vous que la Droite n’est pas Macron compatible ?

Je ne suis pas « Macron-compatible » et je ne veux pas que LR le soit ! J’ai voté « blanc » au second tour de la présidentielle de 2017. Ce choix fondamental, qui m’a placé dans l’opposition au nouveau président de la République, me donne toute liberté pour préparer l’après-Macron.


LR n’est pas vendre. Nous n’avons ni à nous renier ni à nous rallier. Notre destin n’est pas d’être les supplétifs du macronisme ou du lepénisme. Je suis persuadé que de très nombreux Français sont encore à la recherche d’une nouvelle offre politique, en dehors du faux duel Macron/Le Pen, qui est un vrai duo. A nous de bâtir cette offre politique ! Soyons nous-mêmes, force d’opposition et, plus encore, force de proposition.


4) Quelle gouvernance souhaitez-vous ? Comment voulez-vous travailler avec Sens Commun ? Quelle place faites-vous à notre mouvement dans la structure LR ?

A l’égard de SC, j’entends confirmer la coopération engagée depuis plusieurs années.
Comme secrétaire général délégué de LR en 2018/2019, j’avais apprécié, en particulier, la contribution de Laurence Trochu aux groupes de travail que j’avais animés pour la préparation du projet LR aux élections européennes.

Si je suis élu président des Républicains en octobre prochain, je proposerai une nouvelle organisation avec plus de débats, plus de consultations, plus de votes. Deux points importants me semblent, dès maintenant, être précisés.


1. Je réunirai un Congrès des militants, dès 2020, pour proposer l’adoption de nouveaux statuts. Je propose de supprimer la « primaire » dite ouverte qui y figure encore aujourd’hui. Car je veux redonner aux adhérents LR le droit de choisir, en 2021, notre candidat ou notre candidate à l’élection présidentielle de 2022.

2. La construction de notre projet pour la France, entre 2019 et 2021, doit mobiliser tous les talents. C’est pourquoi je suis favorable à ce que plusieurs sensibilités puissent s’exprimer au sein de LR afin de participer à l’indispensable débat d’idées permettant de bâtir, pas à pas, notre projet de gouvernement. C’est dans ce cadre que s’inscrira la place de SC au sein de LR, dans nos différentes instances.

Pour en savoir plus (parcours, livres, tribunes, interviews…) : www.larrive.fr

Parrainer Guillaume Larrivé

Cliquez ici :     

https://www.larrive.fr/je-soutiens/article/parrainer-guillaume-larrive-a-la-presidence-des-republicains

Politique de protection des données personnelles

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

Nous nous engageons à ce que vos données personnelles soient traitées conformément au règlement général sur la protection des données (RGPD) et à la loi Informatique et Libertés. Vous trouverez ci-dessous des informations concernant la manière dont nous collectons et traitons vos données,

 1 – Qu’est-ce qu’une donnée personnelle ?

Une donnée personnelle est une information vous concernant de nature à permettre votre identification. Par exemple : votre nom et prénom, adresse e-mail, photographie, date de naissance, numéro de téléphone, etc.

 2 – Comment sont recueillies vos données personnelles ?

Vos données personnelles peuvent être collectées dans le cadre de votre utilisation internet et/ou via un formulaire papier lorsque vous :

  • Adhérez au mouvement

  • Effectuez un don
  • Vous inscrivez pour recevoir nos publications

  • Remplissez l’un de nos formulaires et que vous cochez “j’accepte de recevoir la Newsletter de Sens Commun”

  • Vous vous inscrivez à un événement organisé par Sens Commun

 3 – Quelles données personnelles pouvons-nous collecter ?

  • Les données nécessaires à votre adhésion/don et à la délivrance d’un reçu fiscal

  • Coordonnées téléphonique et/ou mail

4 – Comment utilisons-nous vos données personnelles ?

Les informations que vous nous communiquez sont nécessaires à la gestion de nos relations. Elles sont exclusivement réservées à l’usage de Sens Commun et de l’AFPSC (Association de Financement du Parti Sens Commun), vous autorisez celles-ci à utiliser vos données pour des opérations de communication politique et de dons.

Vos informations ne pourront être communiquées qu’à des co-contractants qui, en leur qualité de partenaires de Sens Commun, n’agiront que sur les instructions de cette dernière et seront soumis à une stricte obligation de confidentialité. Certains de ces partenaires peuvent avoir des activités dans des pays situés en dehors de l’Union Européenne, notamment aux fins d’hébergement des données. Vos données ne seront toutefois transférées que dans des pays présentant une protection adéquate au regard des garanties imposées par la loi du 6 janvier 1978 ou, en ce qui concerne les Etats-Unis, à des entités adhérant aux principes du Safe Harbour. En application des articles 38 et suivants de la loi du 6 janvier 1978, vous bénéficiez des droits d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition aux informations vous concernant. Vous pouvez exercer ces droits en nous écrivant à l’adresse : fichiers@senscommun.fr ou à Sens Commun – 75 rue de Lourmel – 75015 Paris.

L’utilisateur est informé que le site senscommun.fr et / ou des prestataires peuvent déposer des cookies dans son ordinateur. Ces fichiers ne contiennent pas de données nominatives et sont utilisés à des fins statistiques uniquement.

Conformément à la loi “Informatique et Libertés”, le traitement des informations nominatives relatives aux internautes fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).

5 – Combien de temps sont conservées mes données personnelles ?

Vos données personnelles sont conservées pendant une durée nécessaire et proportionnelle à la réalisation des finalités pour lesquelles elles ont été collectées, soit cinq années.

6 – Quels sont vos droits sur vos données personnelles ?

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, de limitation et de portabilité de vos traitements de données personnelles. Vous disposez également d’un droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL.

 

CETA : communiqué

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Aujourd’hui même, le CETA, un traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne a été examiné à l’Assemblée nationale. Le Conseil des Ministres l’ayant approuvé le 3 juillet dernier, le vote qui suivra mardi prochain validera une nouvelle fois la volonté d’anéantir la souveraineté nationale. LREM détruit la France, sa culture et son économie.

TAFTA, CETA, MERCOSUR, une même logique anime ces traités de libre échange non contrôlés, dont les conséquences sociales et environnementales sont désastreuses.

A la rencontre des fédérations de l’Essonne et de Seine-Saint-Denis

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

Le 12 juin dernier, la présidente de Sens Commun a rencontré les adhérents de l’Essonne au siège départemental des Républicains. L’occasion d’échanger en toute liberté de parole avec leur présidente sur les sujets de fond et l’actualité politique très riche, quelques jours seulement après le scrutin des élections Européennes.

Parmi les personnes réunies ce soir-là, certains ont décidé de partager leur énergie pour monter une équipe départementale Sens Commun, avec un premier objectif : les élections municipales !


Le 24 Juin 2019, à Montfermeil dans la salle Lucien Noël, en présence de Xavier Lemoine Maire de Montfermeil, et de Marie-Blanche Pietri, Conseillère départementale, Laurence Trochu est venue à la rencontre de militants, curieux ou élus. De nombreux sujets ont été abordés parmi lesquels :

-La situation de la droite sur un plan national et localement ;

-L’écologie ;

-L’engagement en politique (pour 2020 surtout) ;

-Les aspirations futures de chacun ;

Les échanges ont continué pendant le pot de l’amitié.

Le mot de la Présidente

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

 

Chers amis,

En ce temps de vacances qui nous laisse plus de temps pour les lectures approfondies, je commence cet édito en citant Mathieu Bock Côté dont je vous recommande le dernier ouvrage L’empire du politiquement correct :

“La droite n’en peut plus de refouler ce qu’elle pense ou croit penser, -à tout le moins, ce qu’elle est certaine de ressentir. La droite veut alors s’assumer et s’affranchir du regard de la gauche. Elle n’entend plus s’excuser d’exister. Elle veut désormais confronter la gauche sur son terrain en ne lui laissant plus le monopole des codes de la respectabilité.Elle se révolte et n’accepte plus de vivre sous sa tutelle idéologique. C’est ce qu’on appelle la droite décomplexée.

Nous n’avons pas à rougir de porter un regard conservateur sur la société, car le politique doit s’emparer des questions prioritaires engendrées par la modernité pour la “civiliser, la contenir et lui rappeler qu’elle peut abîmer l’être humain en prétendant le libérer” (idem).

C’est ce que rappelle l’article ci après sur la PMA et l’éviction des pères, article auquel a contribué Elizabeth Montfort, ancien député européen et membre de Sens Commun.

C’est aussi ce que nos élus locaux promeuvent, à l’exemple de Marguerite Chassaing dont vous pourrez écouter une intervention en faveur du soutien à la parentalité proposée au sein du Conseil départemental du Nord.

C’est finalement ce que vous attendez de la Droite ! Les fédérations franciliennes de l’Essonne et de la Seine-Saint-Denis que j’ai rencontrées en juin attendent qu’on oppose au multiculturalisme qui leur est imposé au quotidien, une France enracinée dans son histoire et fière de ses racines et de sa culture.

En octobre prochain, nous élirons le nouveau président LR. Ce sont ces priorités que nous continuons à porter dans la refondation de la Droite pour qu’elle ne se contente pas d’être une non-gauche. Adhérents de Sens Commun à jour de cotisation, vous avez votre mot à dire, en parrainant dès maintenant un candidat puis en votant. Nous vous enverrons bientôt une analyse des propositions des candidats. Sympathisants et amis de Sens Commun qui ne souhaitez pas adhérer à un parti politique, vous pouvez soutenir notre mouvement conservateur par un don qui renforce nos moyens d’action et nous permet aussi de compter les forces dont la France a besoin.

Je vous souhaite un bel été qui procure à chacun le repos bien mérité et nécessaire pour poursuivre inlassablement notre engagement pour une société durable.

Fidèlement, 

Laurence Trochu