Archives de l’auteur

Projet de loi sur la fin de vie : une mort volée, l’inhumanité ultime

Ecrit par Le Mouvement Conservateur sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Dans la presse

Ce jeudi est discuté à l’Assemblée nationale le projet de loi « donnant et garantissant le droit à une fin de vie libre et choisie ». S’inscrivant dans une prétendue volonté d’améliorer la loi Leonetti-Claeys de 2016, ce projet de loi veut établir le droit à l’euthanasie visant à donner la mort.

 

Fidèle à la doxa individualiste de notre époque, ce projet de loi traduit notre incapacité collective à penser la mort ; il constitue une rupture anthropologique et médicale majeure. L’élévation de l’euthanasie au rang de droit entrainera nécessairement un accaparement des ressources pour en garantir l’accès. Cela se fera indubitablement au détriment des soins palliatifs qui constituent pourtant une alternative efficace pour accompagner les patients en fin de vie. Il ne peut y avoir de « en même temps » : soit la France s’engage de toutes ses forces dans la culture des soins palliatifs, soit elle liquide le sujet de la fin de vie en validant l’euthanasie. 

L’édito de la Newsletter

Ecrit par Le Mouvement Conservateur sur . Publié dans Articles non categorisés

Chers amis,

Au lendemain de la fête de Pâques, nous voici à nouveau confinés. Solution de l’impuissance et de l’impéritie de l’Etat, ce nouveau confinement, s’il peut sauver la vie de certains, en détruit aussi bien d’autres.

Mon mandat d’élue me donne à voir des situations dramatiques, où se mêlent pauvreté matérielle, détresse sociale et violences intra familiales. Je remercie nos maires, adjoints, conseillers municipaux, départementaux et régionaux qui œuvrent sans relâche pour aider et accompagner leurs concitoyens, loin des caméras mais en tenue de service. Lorsqu’à temps et à contretemps nous continuons d’affirmer que la famille est la cellule de base de la société, c’est précisément parce que ces situations limites éprouvantes pour tous nous révèlent aussi que la famille est le premier lieu de la solidarité au quotidien.


La force de notre engagement concret pour la cité est de se laisser éclairer par une pensée structurée et cohérente. J’ai tenu à l’expliciter dans la revue du Nouveau Conservateur qui m’a sollicitée suite à la publication de notre Manifeste du Conservatisme.


C’est un conservatisme de combat que nous proposons pour la France. Il est des sujets délicats qu’il faut avoir le courage de mettre sur la table. En l’occurrence celui de l’Aide Médicale D’État, qui permet de soigner gratuitement les clandestins, en est un. Notre sénateur Sébastien Meurant prend une initiative courageuse. Je vous invite à en prendre connaissance ici : réunir les signatures de 4 millions de citoyens et 200 parlementaires pour obtenir un référendum sur la suppression de l’AME. C’est une proposition formulée dans le Manifeste que nous étayons pour conjuguer justice et respect du droit d’asile.


Combat encore cette semaine avec l’arrivée à l’Assemblée Nationale du projet de loi « donnant et garantissant le droit à une fin de vie libre et choisie ». Une loi de renoncement, une négation de la spécificité humaine, le danger d’une euthanasie érigée en droit qui met au rebut les soins palliatifs. Il ne peut y avoir de « en même temps » quand il s’agit de décider de la vie d’une personne. Des députés vont se battre pour préserver la vie qui, même dégradée et abîmée, est une vie humaine à part entière. Il y a bientôt 2 ans Vincent Lambert était condamné à mourir dans des circonstances atroces. Décision politique qui préfigurait celle qui est débattue aujourd’hui.


Vous le voyez, chers amis, la liquidation continue ! C’est précisément maintenant qu’il ne faut rien lâcher. Je compte sur vous pour rester éveillés et actifs, soutenir nos élus, et nous donner les moyens humains et financiers de porter haut et fort la parole conservatrice qui veut préserver et reconstruire.

Laurence Trochu

 

Pour un conservatisme de terrain et de combat

Ecrit par Le Mouvement Conservateur sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Dans la presse

Conserver ce qui doit l’être et surtout reconstruire ce qui a été détruit. C’est l’ambition du conservatisme politique que le Mouvement conservateur a fait émerger lors de la Journée du Conservatisme en 2018 et dont le travail s’est poursuivi avec des parlementaires, élus locaux et penseurs. Elle prend forme dans Le Manifeste du Conservatisme, publié en octobre dernier. Parce que l’engagement politique n’est plus une option, mais un devoir.

 

Le 4 février 2017, Emmanuel Macron, alors candidat à la présidence de la République, prononçait lors d’un meeting électoral à Lyon la phrase suivante : « Il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse ». Le 21 février à Londres, il enfonçait le clou : « L’art français, je ne l’ai jamais vu. ». Pour la première fois dans l’histoire politique de notre pays, un candidat à la fonction suprême admettait ne pas entretenir de lien charnel avec la France et ne pas reconnaître qu’elle se définit par un ensemble de caractéristiques propres qui la distingue des autres nations.

Le projet de loi contre le réchauffement climatique tourne à l’usine à gaz

Ecrit par Le Mouvement Conservateur sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

Ce lundi 29 mars était discuté à l’Assemblée nationale le projet de loi contre le réchauffement climatique. Bien qu’il ait pour objectif le « développement des énergies décarbonées pour tous et par tous », Laurence Trochu, présidente du mouvement Conservateur, regrette que le renforcement de la filière nucléaire soit absent du débat, alors qu’elle constitue une source d’énergie largement carboneutre. Simple omission ou volonté délibérée ? Une relecture des décisions passées éclaire les enjeux actuels autour de la souveraineté énergétique de la France

Bioéthique : c’est la sexualité qui fait la politique

Ecrit par Le Mouvement Conservateur sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

Le progressisme à l’œuvre dans le projet de loi de bioéthique, que le gouvernement veut faire adopter avant l’été, vise la déconstruction des repères élémentaires. Sa thèse est simple : tout est un construit social et tout peut donc être déconstruit. Il ne cherche pas à améliorer et réformer le monde, mais à le transformer, dénonce Laurence Trochu, présidente du mouvement conservateur Sens Commun, membre du bureau politique LR et conseillère départementale des Yvelines. Tribune

Retrait de la loi bioéthique

Ecrit par Le Mouvement Conservateur sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

Les sénateurs ont rejeté l’article 1er du projet de loi bioéthique ouvrant le droit à la PMA sans père et sans motif médical. 

Le Gouvernement et la commission s’apprêtent pourtant à faire revoter cet article, alors que l’urgence est à la crise sanitaire, sociale et économique dont les Français souffrent chaque jour.

Nous demandons au Gouvernement de retirer l’ensemble du projet de loi bioéthique. Les Français ne comprennent pas cet entêtement coupable à maintenir ce texte alors même que des réformes plus importantes telles que le grand âge ont été ajournées.

Il est indécent de mobiliser le Parlement sur un projet de loi qui divise autant la société et qui ne revêt aucun caractère d’urgence. Le Gouvernement et le Parlement doivent se concentrer entièrement sur la crise. 

Si le Gouvernement ne renonce pas, les sénateurs ont un levier : en s’opposant à nouveau à l’article 1, ils peuvent éviter cette “rupture anthropologique majeure” contre laquelle nous a mis en garde l’Académie de Médecine.

La droite a un devoir d’humanité pour mettre fin à la folie du progressisme.

 

 

Le Mouvement Conservateur Sens Commun appelle à la mobilisation contre le projet de loi bioéthique.

Ecrit par Le Mouvement Conservateur sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

A l’appel du collectif « Marchons Enfants », nous manifesterons partout en France et  appelons à manifester les 30 et 31 janvier, pour nous opposer au projet de loi bioéthique. 

Adopté en seconde lecture par les députés le 1er août, le projet de loi bioéthique revient en débat au Sénat début février. Nous demandons le rejet de l’ensemble de ce projet de loi. En plus de la PMA sans père, il ouvre en effet la voie à de nouveaux risques liés à la recherche sur l’embryon et ses cellules-souches : bébés OGM, FIV à trois parents, chimères animal-homme, création de gamètes et industrialisation du corps humain sont également à l’ordre du jour. Il annonce ainsi le basculement de la France vers le marché de la procréation artificielle et de la modification génétique de l’être humain.