Loi bioéthique: une dérive peut en cacher une autre

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

FIGAROVOX/TRIBUNE – À la veille de l’examen du projet de loi bioéthique, Laurence Trochu, présidente de Sens commun, appelle à rejeter la totalité de ce projet qui – en plus de la «PMA pour toutes» – ouvre la voie à de nouveaux risques liés à la recherche sur les embryons humains.

À juste titre, une grande attention est portée au projet de loi bioéthique qui ouvrira la PMA à toutes les femmes, célibataires ou en couple. Mais la médiatisation de la PMA pour toutes ne doit pas dissimuler les enjeux majeurs de la troisième révision de la loi bioéthique qui concerne aussi la recherche sur l’embryon et ses cellules-souches: bébés OGM, FIV à trois parents, chimères animal-homme, création de gamètes et industrialisation du corps humain sont également à l’ordre du jour. 

Lire la suite sur le site du Figaro

Loi bioéthique : Sens Commun appelle à manifester le 6 octobre

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

 

“MARCHONS ENFANTS” CONTRE LE PROJET DE LOI BIOÉTHIQUE

POURQUOI SENS COMMUN APPELLE À MANIFESTER LE 6 OCTOBRE

Le projet de loi bioéthique sera débattu à l’Assemblée Nationale à partir du 24 septembre. Attachés à la construction d’une société durable et conscients que les graves réserves éthiques soulevées durant l’examen du projet de loi bioéthique n’ont pas été retenues, nous rappelons notre refus catégorique de voir l’humain devenir un matériau ou un bien de consommation. 

Oser le conservatisme: un espoir pour la France

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Dans la presse

Lorsque nous avons créé Sens Commun, en 2013, nous avons alerté sur la décomposition doctrinale d’une droite contrainte au grand écart par son obsession du consensus. Nous avons été critiqués, caricaturés et nous avons parfois suscité la défiance d’élus qui ne comprenaient pas que de simples militants décident de s’organiser à leurs côtés, libres, pour rappeler ce qu’est « La Droite Que Nous Voulons ». Nous dérangeons en effet ce qu’il est convenu d’appeler le « politiquement correct » dans son entreprise que l’essayiste Mathieu Bock Côté résume ainsi : « Heurter le sens commun, le déstabiliser et lui faire perdre toute valeur d’évidence, pour qu’il ne subsiste qu’à la manière de stéréotypes à congédier et de préjugés à déconstruire ».

 

PMA sans père : communiqué

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

L’urgence d’ouvrir la #PMA à tous les couples et même aux femmes célibataires ne saute décidément pas aux yeux, lorsque l’on voit le travail qui reste à accomplir sur des dossiers hautement prioritaires et sensibles que sont la réforme du système de retraite, au bord de l’implosion, ou encore l’indispensable ré-industrialisation de la France, seul moyen efficace et durable de relancer la machine à créer les emplois, là où se trouvent les Français à la recherche d’un travail.

CETA : communiqué

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Aujourd’hui même, le CETA, un traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne a été examiné à l’Assemblée nationale. Le Conseil des Ministres l’ayant approuvé le 3 juillet dernier, le vote qui suivra mardi prochain validera une nouvelle fois la volonté d’anéantir la souveraineté nationale. LREM détruit la France, sa culture et son économie.

TAFTA, CETA, MERCOSUR, une même logique anime ces traités de libre échange non contrôlés, dont les conséquences sociales et environnementales sont désastreuses.

Décès de Vincent Lambert

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Communiqué

 

Vincent Lambert nous a quittés ce matin. Nos pensées vont en premier lieu à sa famille à qui nous présentons nos condoléances.

Vincent Lambert n’était pas en fin de vie, il était lourdement handicapé et dépendant. Il est décédé en raison de l’arrêt de son alimentation et de son hydratation. Une mort déclenchée, organisée, programmée. 

Sens Commun réaffirme la valeur intrinsèque de la vie humaine qui ne se mesure pas au degré d’autonomie de la personne. Il en va d’une certaine idée de l’homme et de sa dignité inconditionnelle. Il en va désormais d’une certaine idée de la société, qui doit, toujours, être au service des plus faibles. 

Cet homme est devenu malgré lui le symbole du combat politique de ceux qui veulent imposer l’euthanasie dans notre pays. A l’heure où s’ouvrent les débats bioéthiques, Sens Commun réaffirme avec force et conviction le respect dû aux personnes fragilisées et la nécessité de leur protection.