Loi bioéthique : un déni d’humanité

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

Présenté comme une priorité (sic) en pleine crise sanitaire et économique, le projet de loi bioéthique a été voté en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, dans la nuit, en plein milieu de l’été, à la va vite, sans vote solennel, à l’issue d’un débat bâclé qui n’a pas permis d’aborder sereinement les graves conséquences de la loi, dans un hémicycle vide (seulement 101 députés sur 577). Le gouvernement aura donc choisi un format à la sauvette pour un TEXTE MAJEUR qui évacue le droit des enfants au nom de l’égalitarisme qui sert de prête-nom au progressisme sans limites.


Ce projet de loi transgressif ouvre mécaniquement la voie à la légalisation de la GPA en France; il évacue la figure du père pourtant fondatrice; il affirme qu’un enfant peut naître de deux mères, qu’il n’a pas besoin de connaître ses origines avant 18 ans.  Cachés derrière cet “amour” qui fait la filiation se profilent de juteux profits financiers. Les droits se percutent : droit à l’enfant, droit à procréer garanti par la collectivité; droit à ne pas avoir de père, droit à se faire payer un enfant par l’argent public… Quant à l’embryon, il devient une marchandise comme les autres.  L’autorisation de créer des embryons chimériques (homme-animal) atteste, pour ceux qui en douteraient encore, que l’éthique n’est pas la préoccupation de la majorité. Faisant fi du principe de précaution qui pourtant devrait s’appliquer à l’être humain, la majorité s’affranchit du respect de la nature humaine. Les enfants de demain qui sont les grands sacrifiés de ce texte et pourront légitimement demander des comptes aux apprentis sorciers d’aujourd’hui.

Nous reconnaissons le courage et le travail juridique rigoureux de certains députés qui, dans le maigre temps qui leur a été stratégiquement imparti, ont pointé les incohérences ainsi que les dérives de ce texte et qui se sont opposés à ce projet de loi avec conviction.


La gravité du sujet ne peut se satisfaire de la légèreté avec laquelle le gouvernement a pris part à ce débat; encore moins de la faiblesse juridique des réponses portées par la majorité. Il appartient désormais aux Sénateurs de retravailler ce texte à l’automne pour éviter cette “rupture anthropologique majeure” contre laquelle nous a mis en garde l’Académie de Médecine.

La droite aura un devoir d’humanité pour mettre fin à la folie du progressisme.

 

Sainte-Sophie: «Nous Occidentaux, devons nous réarmer face à la montée de l’Islamisme»

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

FIGAROVOX/TRIBUNE – Le président turc a officialisé aujourd’hui la reconversion de la basilique Sainte-Sophie en mosquée faisant fi de toutes les critiques adressées par l’Occident. Notre incapacité à nous imposer face à Erdogan et à l’islamisme découle directement de notre incapacité à nous penser comme espace civilisationnel affirment Laurence Trochu et Sébastien Meurant.

S’il suffisait d’aimer…

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Communiqués

 

A la veille de l’examen du projet de loi de bioéthique qui sera examiné cette semaine à l’Assemblée nationale, LREM a fait circuler une note, qui proclame que cette loi porte «une nouvelle philosophie de la parentalité, reposant sur un projet parental et l’amour que l’on souhaite donner à un enfant, sans que le critère biologique ne prime”.

Aux personnes qui questionnent avec intelligence et légitimité la portée anthropologique de ce texte, il est opposé un facile “c’est la loi de l’Amour” censé museler l’interlocuteur.

Or le rôle de l’État est d’être juste,  pas de réglementer nos amours et nos sentiments, sans quoi il peut en leur nom justifier l’injustifiable comme l’a effectué Christophe Castaner alors Ministre de l’Intérieur, en déclarant que « l’émotion  dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent ».

Dans cette même logique, au nom de “l’amour” des députés s’apprêtent à autoriser la fabrication d’enfants délibérément privés de père et d’accès à leur filiation. Au nom de “l’amour”, ils veulent permettre la technique du  ROPA qui est une forme de GPA. Au nom de “l’amour”, ils préconisent de sélectionner davantage les êtres humains sur des critères génétiques. Au nom de “l’amour”, ils balayent d’un revers de main les priorités économiques et sociales des Français en souffrance qu’ils sont pourtant censés représenter. Au nom de “l’amour”, le débat démocratique a été réduit à 25h au cœur de l’été. Au nom de “l’amour” sont traités de “réacs-sans-amour-et-homophobes-de-surcroît tous ceux qui mettent en garde contre un basculement anthropologique.

L’émotion ainsi dévoyée ne peut tenir lieu de boussole. C’est donc au nom de la dignité humaine que pour notre part, nous souhaitons le retrait de ce projet de loi ni bio, ni éthique,  et que nous continuerons à défendre sans relâche toute manipulation ou marchandisation du corps humain.

 

Protection de la nature et société durable : on s’y met quand ?

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

Si pour Jean Castex, le nouveau Premier ministre, “l’écologie n’est pas une option”, Xavier Breton, député LR et Laurence Trochu, présidente de Sens Commun, alertent des dangers d’une écologie-gauchisme qui sanctuarise la nature, mais attaque la nature de l’homme. Tribune.

Et s’il existait un lien entre la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et le projet de loi de bioéthique ? Alors qu’au nom de la protection de l’environnement cette centrale est fermée pour des motifs que l’idéologie gagne à la raison, l’espèce humaine semble bien la seule à ne pas bénéficier du principe de précaution. 

Un RIP pour le bien-être animal?

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

Le RIC (référendum d’initiative citoyenne), emblème des gilets jaunes, est mort et enterré. Sa nouvelle mouture plus contraignante, le RIP (référendum d’initiative populaire), est inaugurée en grande pompe par le journaliste Hugo Clément et des entrepreneurs comme Xavier Niel. Laurence Trochu s’indigne et dit « R.I.P. la démocratie ! »

Après le RIC, le RIP. Au référendum d’initiative citoyenne succède le référendum d’initiative populaire, différence moins anodine qu’il n’y paraît. Si le RIC, non reconnu en droit français à ce stade, permet la saisine relativement facile de l’Assemblée nationale par tout groupe de citoyens un tant soit peu organisé, le RIP est plus contraignant : il faut, pour que les députés puissent se saisir du sujet, l’appui préalable d’1/5 des parlementaires (185) et de 10% des personnes inscrites sur les listes électorales (4,7 millions).

Le conservatisme, un espoir pour la France ?

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés

Nous avons le plaisir de vous présenter notre grande consultation sur le conservatisme.

Le conservatisme,

un espoir pour la France ?

Venez vous exprimer ! Cet espace est le vôtre. Il s’adresse à tous les Français, engagés ou non en politique. 

  • ⏰ D’un simple clic, vous likez ou non les principes du conservatisme
  • ⏰ Vous pouvez faire vos propres propositions.
  • ⏰ Vous revenez autant de fois que vous le pouvez pour compléter et interagir avec les autres propositions.
  • ⏰ Nous vous adresserons les résultats dans 1 mois environ.

#DéconfinerLeConservatisme

 

Multiculturalisme, le mal-vivre ensemble

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Articles non categorisés, Dans la presse

Une tribune de Laurence Trochu

L’actualité française récente a été marquée par deux évènements majeurs: la radicalisation de la mouvance indigéniste et du collectif « La Vérité pour Adama », et les violents affrontements à Dijon entre communautés tchétchène et maghrébine. Ces évènements, en plus d’illustrer la défaillance de l’État dans ses missions régaliennes, finissent de nous convaincre que le modèle multiculturaliste mène à une société violente et qu’il est urgent de revenir à un rapport conservateur et enraciné au monde.

 

Lévi-Strauss, lors d’une conférence intitulée Race et Culture et prononcée en 1971 à l’UNESCO, défendit la thèse très conservatrice selon laquelle les sociétés doivent maintenir un certain degré de protection culturelle pour pouvoir subsister. Cette prise de position en choqua plus d’un, surtout chez de nombreux intellectuels de gauche. Elle fut pourtant parfaitement cohérente avec ce qu’il constata tout au long de sa vie : une société, pour exister, doit se caractériser par un ensemble de mœurs relativement homogènes qui la définissent de manière exclusive par rapport aux autres. Tel un prophète, Lévi-Strauss souhaitait-il nous mettre en garde contre la doxa diversitaire et multiculturaliste qu’il sentait arriver ? Si une société harmonieuse implique une certaine uniformité culturelle, alors la “société multiculturelle” devient un oxymore, l’obscure clarté d’une idéologie fondée sur l’inversion du devoir d’intégration. Si le pays d’accueil doit se transformer, en reniant ce qu’il est, il perd son statut et son identité héritée de son histoire, de sa culture et des modes de vie qui en découlent. Le ciment qui fonde l’unité de la Nation se fissure au profit de communautarismes qui se développent côte à côte et risquent, selon l’expression même de Gérard Collomb au moment de sa démission du Ministère de l’Intérieur, de se faire face.