Vos questions

questions

1/ Quel est le but de Sens Commun ?

Au sein des Républicains, nous entendons travailler de façon à peser sur l’élaboration du programme et la désignation de celles et ceux qui, demain, dirigeront notre pays.

2/ Au lieu de s’engager chez les Républicains, pourquoi ne pas lancer une structure indépendante ou un nouveau parti ?

Les Républicains ont vocation à représenter notre famille politique naturelle : la droite. Pourquoi s’en exclure et laisser à d’autres le soin de définir et d’incarner cette droite ? À nous, plutôt, de veiller à ce qu’elle ne se perde pas en chemin et tienne ses engagements. On n’abandonne pas sa famille pour en fonder une autre parce que l’actuelle ne répond pas à nos attentes ou que le désordre y règne. On s’engage au contraire activement pour sa sauvegarde et sa régénération. Devoir renoncer aux Républicains serait, en fin de compte, une capitulation.

3/ Quels sont vos liens avec la Manif pour tous ?

Beaucoup d’entre nous ont participé, de différentes manières, au grand mouvement national contre la loi Taubira. Comme tous ceux qui se sont alors engagés, nous avons pu mesurer l’énergie et la force de conviction d’une France que certains disaient endormie, sinon morte. Comme eux, nous avons constaté le peu d’écho que les exigences et les aspirations de ces millions de citoyens rencontraient dans les appareils politiques en place. C’est face à cette contradiction qu’est née notre volonté de nous investir et de réinvestir le champ politique. Il s’agit d’une démarche personnelle et indépendante du collectif « La Manif pour tous » – de même que des autres formations nées de cette mobilisation. Celui-ci poursuit sa mission, en dehors des configurations partisanes, pour faire vivre un mouvement social de protection de la famille. Sens Commun poursuit la sienne, au sein d’un parti et au-delà de cette seule question.

4/ N’est-ce pas manquer de lucidité que de s’engager en politique alors que le « système » est à bout de souffle ?

Nous refusons d’être les spectateurs passifs d’une catastrophe annoncée. C’est précisément parce qu’il y a crise qu’il y a nécessité de l’engagement : comment reprocher à d’autres de ne pas faire ce que nous-mêmes ne prenons pas les moyens de faire ? De plus, un système à bout de souffle est un système à reconstruire, l’occasion ou jamais de proposer à nos concitoyens un autre projet pour la France.

5/ Soyez réalistes, beaucoup ont essayé et échoué avant vous. Il n’y a pas de raison que Sens Commun réussisse mieux que les autres…

Nous faisons nôtre la maxime de Thomas Edison (1200 « échecs » avant l’invention de l’ampoule) : « La meilleure façon de réussir est d’essayer encore une fois. » Nous sommes convaincus que le mouvement social du printemps dernier – qui semblait au départ irréaliste, lui aussi  –  peut et doit changer la donne politique. À condition que l’engagement soit collectif et massif. Quoiqu’il arrive, « toute tentative infructueuse qu’on laisse derrière soi constitue un autre pas en avant ».

6/ N’est-ce pas se disperser que de créer un nouveau mouvement alors qu’il existe déjà des courants similaires au sein des Républicains ? Quel est le positionnement de Sens commun par rapport aux mouvements existants ?

Qu’il y ait des chemins différents n’empêche pas d’arriver tous au même endroit. Cela permet à davantage de personnes de se mettre en route, chacune selon sa sensibilité et avec des moyens de « locomotion » variés. Comme ces autres mouvements, Sens Commun entend influer sur la direction que prendra le parti. Ceux qui tenteront de le pousser dans un sens différent de celui que nous souhaitons seront nos concurrents. Ceux avec lesquels nous partageons un certain nombre de valeurs et d’objectifs seront évidemment nos partenaires. Il n’est pas question de les considérer comme des rivaux simplement parce qu’ils sont sur une autre barque, dès lors qu’ils rament dans le même sens que nous.

7/ Quels seront les leviers de Sens commun pour peser chez les Républicains ?

Notre nombre, notre travail et notre détermination persévérante. Plus il y aura d’adhérents à Sens Commun, plus notre voix sera difficile à ignorer. Avec vous, nous pourrons développer un maillage dense à travers le pays, afin que chacun, au niveau de sa commune, de son département, de sa région, puisse contribuer efficacement à la refondation de la vie démocratique française. Avec vous, nous participerons à la formation des cadres et militants du parti, et à la désignation des dirigeants. Avec vous, nous pourrons travailler à faire vivre une réflexion cohérente, exigeante et concrète pour nourrir le projet que les Républicains porteront dans les années à venir. 

8/ Que ferez-vous si les objectifs ne sont pas atteints, notamment en 2017 ?

Si nous ne parvenons pas à faire entendre nos principes fondateurs et à en marquer le programme des Républicains, quelle qu’en soit la raison, nous ne resterons pas dans un mouvement qui nous utiliserait comme de simples alibis. La décision de poursuivre cet engagement collectif sera alors confiée au vote des adhérents de Sens Commun.