Quelle politique familiale voulons-nous ?

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Analyses, Décryptages, Etats Généraux

N16_EG Lille

Xavier Mirabel (Alliance Vita), Virginie Tellene (L’Avenir pour Tous), Jean-Marc Veyron Lacroix (Homovox), Ludovine de La Rochère par vidéo (La Manif pour Tous), le député du Nord Bernard Gérard… Tous avaient répondu « présent » à l’invitation de Sens Commun le 28 janvier dernier à Lille pour parler de la politique familiale.

En effet, il y a urgence : après trois ans et demi de gouvernement socialiste, la France connaît aujourd’hui une chute de la natalité (-19 000 naissances en 2015) et à un recul du pouvoir d’achat des familles, tout particulièrement de celles qui ont le plus d’enfants.

Mais il y a encore plus grave : la famille est le premier lieu de la solidarité et de gratuité. C’est en son sein que l’enfant apprend qu’il existe autour de lui des gens qui ont besoin d’attention ou de service. C’est pour la fonder que l’Homme donne un sens à son travail. Or, nous vivons dans un pays où, depuis des dizaines d’années, le libéralisme, de gauche comme de droite, prône l’individu et le respect de ses désirs. Résultat : le lien social se délite et de plus en plus de gens sont seuls. A Sens Commun, nous avons une conviction forte : tant qu’on ne restaure pas la famille, nous ne pourrons espérer changer la société.

C’est pourquoi, après avoir rencontré des spécialistes, échangé et débattu, nous proposons les mesures suivantes :

La Politique Familiale que nous voulons :

*Petite enfance et Modes de garde : faire mieux pour moins cher
  • Revenir sur la réforme du congé parental (cf PPL de Valérie Pécresse) ;
  • Favoriser le développement des assistantes maternelles (réforme des normes en vigueur qui frisent à l’absurde, encouragement des installations dans les zones déficitaires) ;
  • Optimiser les coûts des crèches (meilleure occupation, halte aux normes absurdes, révision des hauts de barèmes, développement des crèches privées, …) ;
  • Mieux coordonner les différents modes de garde et mieux informer les parents.
*Couple et famille : travailler de façon préventive pour favoriser la famille durable
  • Education à la vie affective, à la communication non violente, lutte contre la pornographie, …
  • Développement des préparations au mariage en présentiel et en e-learning ;
  • Développement des réseaux d’aide à la conjugalité, à la parentalité, …
*Flexibilité du travail :
  • Favoriser le développement des différentes formes de flexibilité du travail (horaires à la carte, horaires flexibles, télétravail) ;
  • Importer en France la loi anglaise « Right to Request » pour favoriser la flexibilité sans contrainte majeure pour l’entreprise ni surcoût pour l’Etat.
*Fiscalité :
  • Défendre la spécificité de la politique fiscale française qui permet une solidarité entre époux et favorise le libre choix dans l’organisation des temps : quotient conjugal & quotient familial ;
  • Le travail des femmes doit être facilité mais pas de façon coercitive.
*Retraites :
  • Une réforme en profondeur du système de retraites doit permettre de revenir à la réalité : c’est en investissant dans la jeunesse qu’on permet l’équilibre à terme du système de retraites ;
  • Les retraites futures doivent être basées sur l’investissement indirect (cotisations et impôts) faits par tous et l’investissement direct (coût des enfants – allocations et aides) fait par les parents

La Famille que nous voulons :

  • Défendre le besoin de l’enfant à un père et une mère. A ce titre, interdire la PMA pour les couples du même sexe ou les célibataires.
  •  Ne pas se contenter d’interdire la GPA et le recours à la GPA sur le sol français : promouvoir aussi la lutte internationale contre la GPA.
  •  Réformer l’adoption qui doit être basée sur le fait de donner des parents à un enfant et non l’inverse.
  • Réserver le mot mariage aux couples homme-femme, le mariage étant fondé sur la protection de l’enfant à naître (présomption de paternité).

Rétrolien depuis votre site.