Lancement du meeting : La Droite que nous voulons

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Sens Commun invite Bruno Le Maire, Hervé Mariton et Nicolas Sarkozy

Sens Commun a présenté ce mardi 14 octobre à l’Assemblée nationale le manifeste « La droite que nous voulons », soutenu par une vingtaine de députés et sénateurs UMP, premiers signataires du texte*.

Colonne vertébrale de ce que la droite doit être, ce manifeste expose les principes sur lesquels l’UMP doit être refondée. Il propose une ligne politique pour la droite, un cap clair et cohérent à l’heure où elle reste trop souvent vague et inconstante.

1er Atelier formation : Education & Transmission

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités

Mercredi soir, dans plusieurs villes de France ont eu lieu les tout premiers Ateliers formation Sens Commun. À Paris, au siège de l’UMP, ce sont près de 350 personnes qui ont répondu à notre invitation. Des intervenants de qualité, comme l’ancien ministre de l’Éducation nationale Gilles de Robien, ont échangé avec les nombreux adhérents et sympathisants venus réfléchir sur les moyens d’enrayer la faillite de notre École.

Plusieurs pistes de réflexion ont été lancées et seront au cœur des travaux du pôle Étude de Sens Commun. D’autres ateliers doivent avoir lieu cette semaine et une deuxième session se déroulera prochainement.

Alain Milon, une nomination incohérente

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Les équipes de Sens Commun, au sein de l’UMP, s’étonnent vivement de la nomination du sénateur Alain Milon au poste de Président de la commission des affaires sociales du Sénat.

Favorable à la loi Taubira, à rebours de 95 % des parlementaires UMP et UDI qui se sont opposés au texte, le Sénateur Alain Milon s’est également prononcé en faveur de l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à tous les couples et de l’autorisation de la gestation pour autrui (GPA), au point de déposer une proposition de loi sur le sujet en 2010.

A ce jour, les trois candidats à la Présidence de l’UMP se sont résolument prononcés contre la GPA et la PMA pour les personnes de même sexe affirmant désormais la nécessaire obligation d’un retour sur la loi Taubira.

La droite sur la bonne voie

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

« La réécriture de la loi Taubira sera obligatoire car la Cour de cassation a pour la première fois fait le lien entre mariage et filiation », a déclaré Nicolas Sarkozy ce lundi 6 octobre, lors de son meeting à Vélizy.

Sens Commun se félicite de cette prise de position nouvelle, au lendemain de la grande manifestation qui a rassemblé des centaines de milliers de Français contre le projet de société du gouvernement Hollande.

« La réouverture du débat sur la loi Taubira fait donc consensus chez les candidats à la présidence de l’UMP. Il apparait de plus en clair qu’il faudra revenir totalement sur ce texte », déclare Sébastien Pilard, président de Sens Commun.

Jamais une loi n’a suscité une opposition aussi constante et durable

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

L’ampleur de la mobilisation ce dimanche à Paris et à Bordeaux prouve la continuité et la cohérence du mouvement social qui dénonce, depuis deux ans, les conséquences néfastes de la loi Taubira, porte ouverte à la marchandisation de l’être humain. Les centaines de milliers de Français qui ont répondu, une fois de plus, à l’appel du collectif La Manif pour Tous, exigent du gouvernement d’être enfin écoutés.

Sens Commun se félicite de la venue des nombreux élus UMP qui ont manifesté, par leur présence, la pérennité de leur engagement.

Valls – GPA : Des promesses qui ne trompent personne

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Réaction de Madeleine de Jessey, Porte-Parole de Sens Commun, suite à l’interview du Premier ministre Manuel Valls dans La Croix du vendredi 3 octobre 2014 :

« Prétendre vouloir lutter contre la GPA tout en refusant de poursuivre en justice les couples recourant à des mères porteuses est inefficace et incohérent. La manœuvre des gouvernements de gauche depuis des années est claire et ne trompe plus personne : multiplier les états de fait pour finir par contraindre le législateur à leur donner un cadre légal.  

Nouvelles attaques du gouvernement contre les familles

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Le gouvernement a annoncé hier en présentant son projet de budget pour 2015 deux très mauvaises nouvelles pour les familles qui attendent un enfant : une nouvelle réduction du congé parental, limité désormais à 18 mois par parent, et une réduction de la prime de naissance au deuxième enfant.

La loi sur l’égalité homme-femme (4 août 2014) prévoyait que les parents de bébés qui naîtraient à compter du 1er octobre 2014 ne pourraient prendre que deux ans et demi de congé parental au lieu de trois, les six derniers mois étant réservés au deuxième parent ou perdus. Les décrets d’application de cette loi n’ayant pas été publiés à ce jour, les parents d’enfants qui vont naître dans les tous prochains jours sont dans le flou le plus complet, les Caisses d’Allocation Familiales étant bien incapables de les informer.

Rendez-vous le 5 octobre

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Il y a deux ans, Pierre Bergé déclarait, à l’occasion d’une manifestation en faveur de la loi Taubira : « Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l’adoption. Moi je suis pour toutes les libertés.  Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? »

Cette vision de l’être humain et de la société, cette « réforme de civilisation » préparée par la gauche et contenue en germe dans la loi Taubira, nous y arrivons peu à peu. L’avis favorable que la Cour de Cassation a récemment donné à l’adoption d’un enfant issu d’une  PMA réalisée à l’étranger prouve qu’il a toujours été vain de prétendre séparer le mariage de la filiation, et toujours illusoire de ne pas voir dans la loi Taubira la porte ouverte à la légalisation de la PMA, mais aussi, demain, de la GPA.