L’IVG « c’est toujours un drame et cela restera toujours un drame. »

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités

À compter du 20 janvier, l’Assemblée nationale avait changé la loi Veil de 1975 en supprimant la notion de « situation de détresse » inscrite au cœur de celle-ci. Il est aujourd’hui question de faire de l’IVG un droit fondamental.

Le constat est pourtant simple à poser : oui ou non, l’IVG est-elle une opération banale, un évènement que nous partageons avec joie, bonheur et enthousiasme ? À l’évidence non, c’est un événement pénible, pour ne pas dire dramatique. Il faut le réaffirmer parce que les gens le savent et rejettent les euphémismes et la langue de bois.

Loi Taubira : vers plus de clarté

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Sens commun se réjouit de la très forte mobilisation lors de son meeting national le 15 novembre à Paris, où se sont retrouvées près de 3000 personnes, de nombreux parlementaires et les trois candidats à la présidence de l’UMP.

« Nous tenons à remercier les trois candidats pour leur présence attentive et amicale », déclare Madeleine de Jessey, porte-parole du mouvement. « Un an seulement après sa création, Sens Commun confirme son statut de premier mouvement de l’UMP. »

Sens commun se félicite par ailleurs de la position exprimée par l’ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy, position qu’il avait déjà eu l’occasion d’énoncer devant le président de Sens Commun lors de précédentes rencontres. 

Pourquoi nous ne donnons pas de consigne de vote

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Tribune

Certains parmi vous ont pu être surpris que nous ne donnions pas de consignes de vote pour les élections à la présidence de l’UMP. J’aimerais pouvoir vous exposer en quelques lignes les raisons de ce choix.

Si nous nous sommes engagés en politique avec vous, c’est pour nous battre pour des idées plutôt que pour des égos, car ce sont, entre autres, les conflits d’ambitions qui ont conduit l’UMP à la crise.

Nous avons lancé le manifeste « La droite que nous voulons » pour recentrer le débat sur l’essentiel, sur les convictions et les principes qui devront servir de base à une reconstruction durable de la droite, et ce quelles que soient les chapelles politiques.

La droite que nous voulons valorise les familles

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Analyses

La droite que nous voulons valorise les familles et la politique familiale. C’est pourquoi nous nous élevons contre les deux amendements votés en commission par la gauche:

1° La modulation des allocations familiales pour les familles gagnant plus de 6.000 euros/mois.
Les députés PS annoncent une mesure « de gauche », une mesure juste qui touchera 1 Million de familles et permettra d’économiser 800 Millions d’euros.
Dans la réalité, même la CGT dénonce le bien-fondé de cette réforme qui est « contraire à l’esprit même de la sécurité sociale » (Thierry Lepaon sur BFM TV)
En outre, elle ne touchera que 400.000 familles et ne rapportera que 400 millions d’euros en année pleine.

Lancement du meeting : La Droite que nous voulons

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Sens Commun invite Bruno Le Maire, Hervé Mariton et Nicolas Sarkozy

Sens Commun a présenté ce mardi 14 octobre à l’Assemblée nationale le manifeste « La droite que nous voulons », soutenu par une vingtaine de députés et sénateurs UMP, premiers signataires du texte*.

Colonne vertébrale de ce que la droite doit être, ce manifeste expose les principes sur lesquels l’UMP doit être refondée. Il propose une ligne politique pour la droite, un cap clair et cohérent à l’heure où elle reste trop souvent vague et inconstante.

1er Atelier formation : Education & Transmission

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités

Mercredi soir, dans plusieurs villes de France ont eu lieu les tout premiers Ateliers formation Sens Commun. À Paris, au siège de l’UMP, ce sont près de 350 personnes qui ont répondu à notre invitation. Des intervenants de qualité, comme l’ancien ministre de l’Éducation nationale Gilles de Robien, ont échangé avec les nombreux adhérents et sympathisants venus réfléchir sur les moyens d’enrayer la faillite de notre École.

Plusieurs pistes de réflexion ont été lancées et seront au cœur des travaux du pôle Étude de Sens Commun. D’autres ateliers doivent avoir lieu cette semaine et une deuxième session se déroulera prochainement.

Alain Milon, une nomination incohérente

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Les équipes de Sens Commun, au sein de l’UMP, s’étonnent vivement de la nomination du sénateur Alain Milon au poste de Président de la commission des affaires sociales du Sénat.

Favorable à la loi Taubira, à rebours de 95 % des parlementaires UMP et UDI qui se sont opposés au texte, le Sénateur Alain Milon s’est également prononcé en faveur de l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à tous les couples et de l’autorisation de la gestation pour autrui (GPA), au point de déposer une proposition de loi sur le sujet en 2010.

A ce jour, les trois candidats à la Présidence de l’UMP se sont résolument prononcés contre la GPA et la PMA pour les personnes de même sexe affirmant désormais la nécessaire obligation d’un retour sur la loi Taubira.

La droite sur la bonne voie

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

« La réécriture de la loi Taubira sera obligatoire car la Cour de cassation a pour la première fois fait le lien entre mariage et filiation », a déclaré Nicolas Sarkozy ce lundi 6 octobre, lors de son meeting à Vélizy.

Sens Commun se félicite de cette prise de position nouvelle, au lendemain de la grande manifestation qui a rassemblé des centaines de milliers de Français contre le projet de société du gouvernement Hollande.

« La réouverture du débat sur la loi Taubira fait donc consensus chez les candidats à la présidence de l’UMP. Il apparait de plus en clair qu’il faudra revenir totalement sur ce texte », déclare Sébastien Pilard, président de Sens Commun.