Reconstruisons la droite

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

L’absence de convictions clairement exprimées nous mène et continuera à nous mener dans une impasse. La victoire du Front national ce soir est avant tout la défaite d’une classe politique incapable de répondre aux aspirations réelles des Français. Les Français ne sont pas contre l’Europe mais contre cette Europe qui, au lieu de les protéger, les étouffe. Ils exigent d’être écoutés.

Faute d’avoir su le faire suffisamment, faute d’avoir su porter une vision nouvelle de l’Europe, faute d’avoir su présenter à ces élections des personnes incarnant cette vision, l’UMP n’a pas profité du boulevard que lui offrait pourtant la gauche. Elle n’a pas profité de cette nouvelle génération de militants qui n’attend qu’une chose pour s’engager massivement : être écoutée. Plusieurs voix se sont exprimées durant la campagne pour tenter de proposer une autre voie pour l’Europe, une voie réaliste et innovante : en les ignorant, notre famille politique a ignoré ce qui correspondait aux souhaits de la majorité de ses adhérents.

Une victoire belle mais exigeante !

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

 

Sens Commun, ses sympathisants, ses adhérents et ses élus se réjouissent de la très belle victoire de la droite ce soir : les nombreuses défaites socialistes manifestent clairement l’aspiration à un changement politique majeur pour notre pays.

Ces victoires sont avant tout le fruit d’une mobilisation et d’un enracinement local au service des Français. Cela s’est notamment concrétisé, ces derniers mois, par des engagements visibles et résolus en faveur de la famille.

Sens Commun affirme depuis des mois que les mobilisations contre la loi Taubira ont eu un retentissement considérable au sein de la société française. Nous déplorons que certains, dans notre famille politique, n’aient pas su le comprendre : ils en paient ce soir le prix.

Municipales 2014 : urgence de l’alternance

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Les résultats sont clairs : il y a eu hier soir un vote sanction contre le gouvernement. Par ailleurs, jamais le FN n’a connu une pareille poussée. Le PS crie naturellement au « rassemblement démocratique » contre l’extreme-droite, alors qu’il a toujours été, historiquement, le tremplin du FN.

Les Francais ont manifesté aujourd’hui leur envie de renouvellement de la vie politique française : il est impératif que la droite entende et porte ce désir de renouvellement.

Sens Commun prend l’engagement, à travers ses candidats présents au second tour dans de nombreuses villes de France d’incarner ce nouvel espoir d’une droite courageuse.

Nous saluons la victoire de nombreuses personnalités de l’UMP : leur élection dès le premier tour souligne leur capacité à entendre les préoccupations de leurs électeurs.

Enfin, nous adressons nos plus vives félicitations aux candidats de Sens Commun qui ont eu le courage de s’engager, de se présenter, de tracter et dont les efforts ont été couronnés de succès !

Mobilisons et restons mobilisés pour le second tour, dimanche prochain, afin de faire perdre les candidats socialistes et de concrétiser l’urgence de l’alternance !

Loi Famille : un succès encourageant mais insuffisant

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

[ Communiqué ]

Sens Commun prend note de la décision du gouvernement de suspendre son projet de loi Famille et remercie les centaines de milliers de Français qui, par leur mobilisation pacifique, formidable démenti aux propos accusateurs du ministre de l’Intérieur, ont obtenu ce recul. 

Nous remercions également tous ceux des élus de l’UMP qui ont eu le courage depuis un an de prendre position sur ces questions et les assurons de notre appui, en particulier dans le réseau régional de Sens Commun. Mais il faut qu’ils soient plus nombreux et plus soutenus au sein de l’opposition.

À la veille d’échéances électorales cruciales pour le pays, il est urgent que les leaders de l’UMP entendent le message relayé par la rue. C’est notamment pour cela que Sens Commun a choisi de s’engager auprès d’eux. L’élan social qui a réveillé notre pays ces derniers mois doit pouvoir trouver une réponse politique. L’UMP a vocation et devoir de la formuler et de la mettre en œuvre.  

L’alternance, plus nécessaire que jamais, ne pourra se faire qu’autour de convictions fortes et assumées par notre famille politique.

Face à un Parti socialiste trop souvent aveuglé par l’idéologie et de plus en plus déconnecté de la réalité vécue par les Français, la vigilance reste de vigueur, au niveau national comme européen.   

Le 2 février, nous serons dans la rue

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Communiqués

Comme tant d’autres Français, les membres de l’équipe Sens Commun descendront ce dimanche dans les rues de Lyon et de Paris, afin de participer à la Manif pour tous.

Nous serons dans la rue pour exprimer, par notre présence physique sur le pavé, notre détermination face à la politique sociétale du gouvernement, une politique toujours plus déconnectée du réel, source de divisions et d’injustices. 

Suppression de la notion de « détresse » : la double erreur de Christian Jacob

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Communiqués

« Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement: c’est toujours un drame, et cela restera un drame » Simone Veil

Sens Commun regrette vivement la déclaration de Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, qui a affirmé que le groupe UMP voterait majoritairement en faveur de la suppression de la notion de « détresse » pour recourir à l’IVG.

En affirmant que « cela ne change rien sur le fond, car on n’avait jamais codifié la notion de détresse en tant que tel », Christian Jacob commet une double erreur.

Erreur juridique, d’une part, la notion de « détresse » ayant été codifiée par la loi de 1975. Erreur politique, d’autre part, en entrant dans le jeu d’une gauche qui cherche une nouvelle fois, au nom de l’égalité, à diviser les français.

Non, nous l’affirmons au nom du respect de la réalité, l’avortement n’est pas une décision anodine. Sens Commun prend l’engagement de le rappeler au sein de l’UMP, afin de faire entendre la voix de nombreux sympathisants trop souvent oubliés par les ténors du parti. La droite ne pourra se reconstruire que si elle se montre capable de rassembler les Français autour de valeurs fondamentales clairement affirmées et défendues.

IVG : au nom de l’égalité, un nouveau déni de réalité

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

À compter du 20 janvier, l’Assemblée nationale débattra en première lecture du « projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes ». Entre autres dispositions, ce projet entend changer la loi Veil de 1975 en supprimant la notion de « situation de détresse » inscrite au cœur de celle-ci.

La technique du gouvernement est éprouvée Après la loi Taubira du mariage et de l’adoption pour les personnes de même sexe, qui, au nom de l’égalité, met sur le même plan toutes les formes d’unions, sans aucune prise en compte des différences et des réalités sexuelles, on recommence avec l’IVG. C’est toujours en invoquant avec emphase et émotion l’égalité que l’on coupe progressivement la politique du réel.

Le gouvernement préfère la diversion à l’action

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

 ( Communiqué de Sens Commun )

A défaut d’avoir la volonté et le courage politique d’agir sur le nécessaire et le prioritaire pour la France (baisse de la dépense publique, fiscalité des entreprises et des particuliers, alphabétisation, revalorisation du travail…), le gouvernement socialiste s’acharne à un rythme désormais quotidien sur le terrain du sociétal.

Ces initiatives, mues par une idéologie de plus en plus libertaire et de grossières visées électoralistes, sont irresponsables et contribuent à fragiliser durablement le reliquat d’unité nationale.

Après le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe et le très inopportun et fugace rapport sur « l’intégration nationale », la relance du débat sur l’euthanasie participe à la fragmentation du pays.