La trahison du Gouvernement: une double faute

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Articles non categorisés, Communiqués

Travailleurs-detaches-Valls-et-Sapin-au-terminal-methanier-de-Dunkerque_article_mainLe Gouvernement vient récemment d’annoncer sans préavis le report de trois mois des allègements de charges prévues pour les entreprises. Et ce, afin de boucler son budget.

Cette décision unilatérale, symptomatique d’une méconnaissance totale de l’entreprise, est non seulement scandaleuse, mais surtout désastreuse pour l’avenir.

Scandaleuse, car une fois encore les entreprises, et donc les salariés, sont pris en otage par le manque de cap et de vision claire de ce gouvernement, incapable d’engager les réformes nécessaires au pays. L’entreprise ne peut devenir la variable d’ajustement budgétaire d’une politique : nul ne peut bâtir le développement de son établissement sur le long terme si les règles changent toutes les semaines…

Le débat sur le « mariage pour tous » n’est pas clos

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Articles non categorisés, Communiqués

paris-24-mars-2013Beaucoup voudraient nous faire croire qu’il s’agit désormais d’un « acquis », voire d’un « non-sujet ». Deux ans après l’adoption de la « loi Taubira », il est de bon ton de ne plus parler de cet évènement contre lequel s’étaient pourtant mobilisées plusieurs millions de personnes.

Or les chiffres sont là : selon un sondage IFOP, 54 % des Français sont aujourd’hui opposés  au maintien de la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. Ce chiffre atteint 73% parmi les électeurs des Républicains. N’en déplaise aux tenants de « la société apaisée », les convictions de nos concitoyens sur la famille ne dépendent pas de la mode du moment.

L’enseignement de ce sondage est clair : une majorité de Français souhaite aujourd’hui rouvrir le débat sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe, et le devoir des hommes politiques est de les entendre.

Guerre contre le terrorisme : il est temps de passer aux actes

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Communiqués

iStock_000067978231_Medium180 détonateurs, des dizaines de pains de plastic et de grenades ont été dérobés au dépôt de munitions de Miramas dans la nuit de dimanche à lundi.

A une époque pas si lointaine, les ministres de la Défense et de l’Intérieur auraient déjà démissionné. Cette époque serait-elle révolue en même temps qu’un certain sens des responsabilités ?
 
Non seulement la menace terroriste est grande en France, mais en plus la République lui donne les armes par sa négligence ! Car il s’agit bien de négligence. 
 

Référendum : derrière le non, les questions de fond

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Communiqués

EU justiceLa Grèce, mère de la démocratie, a démontré sa capacité à organiser en peu de temps un référendum national sur une question essentielle pour son avenir.

Néanmoins, le jeu politique de poker menteur de Syriza ne doit pas cacher sa désastreuse gestion du pays par une manœuvre habile visant à obtenir un levier de négociation supplémentaire grâce au soutien populaire grec. 

GPA : au législateur de reprendre la main

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Communiqués

GPA-400-280La Cour de Cassation vient de se prononcer pour la transcription sur les registres français de l’état civil d’enfants nés de mères porteuses à l’étranger au motif que :

« Une GPA ne justifie pas, à elle seule, le refus de transcrire à l’état civil français l’acte de naissance étranger d’un enfant ayant un parent français »

Ainsi, c’est par la jurisprudence et non par la loi que la France adopte une forme de reconnaissance de la GPA.

Sens Commun dénonce avec la plus grande fermeté l’arrêt des soins à Vincent Lambert

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Communiqués

Vincent LambertLa Cour européenne des droits de l’Homme a validé l’arrêt des soins à Vincent Lambert, estimant que sa mise en œuvre ne violerait pas le droit à la vie du tétraplégique. Les conséquences de cette décision sont sans appel. La France a désormais le droit de refuser à Vincent Lambert, tout homme soit-il, d’être alimenté et hydraté. La Cour instaure donc une autorisation à mourir de faim et de soif.

Sens Commun rappelle que Vincent Lambert n’est pas en fin de vie. Il est en état de «conscience minimale» et ne peut s’exprimer. Il dort, se réveille, sourit ou pleure… Qui est la CEDH pour décider que cette vie n’a pas de valeur ? Un Etat ne peut s’arroger le droit d’ôter à la personne sa dignité.

Un anathème ne fait pas une politique

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Communiqués, Élections

PhotoSébastienSamedi au congrès de la Ligue des Droits de l’Homme, en utilisant l’anathème, une tactique socialiste désormais célèbre, M. Clergeau a gravement diffamé Sens Commun, allant même jusqu’à utiliser les termes de « contre-révolution anti-républicaine » et de « répression des libertés individuelles ». Ce faisant, déclare Sébastien Pilard, le candidat aux élections régionales dans les Pays de la Loire commet une double faute :

Morale, d’abord, car une telle charge le place en distributeur des bons points républicains, tel un souverain dédaigneux. Il démontre ainsi son incapacité à défier son concurrent sur le champ des idées, préférant celui de l’insulte vide. Or respect et vérité sont, du moins le croyons-nous, deux valeurs non négociables.

Politique ensuite, car en brandissant ainsi l’arme du sectarisme à l’égard de la droite de gouvernement, M. Clergeau montre son vrai visage : seul l’électeur encarté au Parti Socialiste serait digne d’être qualifié de républicain ! Tous les autres apprécieront… Cette attitude est indigne d’un homme qui prétend représenter tous les Ligériens.

C’est pourquoi, ajoute-t-il, Sens Commun continuera de travailler paisiblement au sein de l’UMP, sans craindre d’aborder les questions de fond, avec sérieux et conviction pour offrir à la Région et à la France une alternance crédible et surtout respectueuse de tous.