Archives de l’auteur

SENS COMMUN S’ASSOCIERA DIMANCHE AU RASSEMBLEMENT AU TROCADERO

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Communiqués

Nous ne nous rassemblerons pas contre la Justice, que nous aurons toujours à cœur de défendre, tout comme les institutions de notre pays.

Nous ne nous rassemblerons pas contre les journalistes, conscients que la plupart d’entre eux exercent correctement leur métier.

Nous ne nous rassemblerons pas non plus en niant la réalité des erreurs commises et reconnues par François Fillon, ni l’urgente nécessité de réformer des pratiques politiques qui sapent depuis des années la confiance des Français envers leurs élus.

Création du comité « La France silencieuse avec Fillon »

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Articles non categorisés

Chers amis,

Après quelques semaines de soubresauts médiatiques qui nous ont empêchés d’aborder les vrais enjeux de cette campagne présidentielle, il nous apparait plus nécessaire que jamais de nous adresser à ceux qui aujourd’hui, n’ont que défiance et dégoût vis-à-vis de la politique.

Il s’agit de tous ces Français qui vivent en marge des grands centres métropolitains et des bassins d’emplois, dans des territoires ruraux isolés ou péri-urbains, comme de ceux qui vivent dans des banlieues en voie de désaffiliation sociale et culturelle.

Depuis près de 20 ans, la désindustrialisation et la métropolisation du pays ont considérablement affaibli les territoires périurbains et ruraux, provoquant pertes d’emplois, retrait des services publics, fermeture des commerces de proximité et une désertion des services de santé.

Convaincus que la République ne s’occupe plus d’eux, les Français qui vivent dans ces territoires sont habités d’un profond sentiment d’abandon et d’amertume et se tournent majoritairement vers l’abstention ou le vote extrême. Or les territoires ruraux et péri-urbains représentent 27,4 millions d’habitants, et l’on atteint 60% de la population française si l’on y ajoute la population des villes moyennes, qui souffrent elles aussi de la métropolisation du territoire.

Dans le même temps, nous avons dû faire face à un autre échec : celui des banlieues. Depuis près de 40 ans, les politiques publiques se sont concentrées sur l’urbanisme et les questions sociales, mais les améliorations les plus notables n’ont pas empêché la ghettoïsation de nombreux quartiers, tandis que les problématiques des flux migratoires et de l’assimilation culturelle ont été constamment sous-estimées.  Le sentiment d’abandon par la « France d’en haut » qui prône le « vivre ensemble » mais refuse de voir les échecs du multiculturalisme est croissant.

C’est pour répondre aux attentes légitimes de ces Français que j’ai crée le comité de « La France silencieuse avec Fillon ».

Avec François Fillon, nous souhaitons faire entendre la voix de ces territoires abandonnés et oubliés et leur présenter les mesures qui, dans son programme, sont susceptibles de répondre aux problèmes quotidiens de cette France silencieuse.

Nous avons donc mis en place un réseau d’une cinquantaine de référents sur le territoire national  ainsi qu’une série de meeting et de déplacements consacrés à ce thème.

Puisque, lassés et désabusés par les promesses électorales sans lendemain, ces Français ne viennent plus vers le politique, c’est à nous qu’il revient d’aller vers eux.

Madeleine de Jessey

Le revenu universel : comment refonder notre système social ?

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Décryptages

La campagne présidentielle fait surgir un nouveau débat : doit-on instaurer un revenu universel en France ? Aujourd’hui, le modèle social français est malade l’Etat dépense un tiers de ses revenus en redistribution et assurance sociale, soit 690 milliards d’euros par an, ce qui fait d’elle la championne des dépenses en protection sociale. Et pourtant, 8,8 millions des Français, soit 14,1%, vivent sous le seuil de pauvreté et le taux de chômage ne parvient pas à diminuer.

Madeleine de Jessey : Emmanuel Macron ou le guide de coaching mystique

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Dans la presse

FIGAROVOX/TRIBUNE – Le candidat a déclaré assumer sa dimension «christique». Pour Madeleine de Jessey, le fondateur d’En Marche a créé un mélange hétéroclite entre le Panem et circenses antique, le Meilleur des Mondes d’Huxley et une politique spectacle fondée sur la «distribution des passions heureuses».

« Sens Commun reste guidé par une certitude »

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil


Chers amis,

Face à l’obsession médiatique qui pollue depuis plus d’une semaine la campagne présidentielle du candidat de la droite et du centre, je souhaite réaffirmer, au nom de Sens Commun, notre soutien à François Fillon.

Bien sûr, nous estimons nécessaire de redéfinir les règles qui encadrent le travail d’un attaché parlementaire afin qu’elles correspondent davantage aux attentes des français. En parcourant le pays depuis 2013, Francois Fillon a pris la mesure de cette aspiration.  

Madeleine de Jessey, conservatrice assumée

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

À 27 ans seulement, la cofondatrice de Sens commun,  qui sera présente au grand meeting de dimanche, a intégré l’organigramme  de campagne de François Fillon. Et s’est imposée dans le paysage  politique tout en revendiquant sa différence.

En l’espace de quatre ans, Madeleine de Jessey a connu une progression fulgurante. Au point d’être désormais sur le devant d’une scène politique à laquelle rien ne la prédestinait a priori. Elle, la normalienne agrégée de lettres classiques, prof à la Sorbonne qui travaille toujours sur sa thèse sur «la figure de Bethsabée dans la littérature et les arts». Il faut remonter à son enfance et son éducation pour comprendre son engagement.