• bandeau-sc-meeting-1500

  • bandeau-sc-ldqnv-1500
  • sc_adhesions_29112016_site
  • visuels-flat-web

Madeleine de Jessey : Emmanuel Macron ou le guide de coaching mystique

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Actualités, Dans la presse

FIGAROVOX/TRIBUNE – Le candidat a déclaré assumer sa dimension «christique». Pour Madeleine de Jessey, le fondateur d’En Marche a créé un mélange hétéroclite entre le Panem et circenses antique, le Meilleur des Mondes d’Huxley et une politique spectacle fondée sur la «distribution des passions heureuses».

« Sens Commun reste guidé par une certitude »

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil


Chers amis,

Face à l’obsession médiatique qui pollue depuis plus d’une semaine la campagne présidentielle du candidat de la droite et du centre, je souhaite réaffirmer, au nom de Sens Commun, notre soutien à François Fillon.

Bien sûr, nous estimons nécessaire de redéfinir les règles qui encadrent le travail d’un attaché parlementaire afin qu’elles correspondent davantage aux attentes des français. En parcourant le pays depuis 2013, Francois Fillon a pris la mesure de cette aspiration.  

Madeleine de Jessey, conservatrice assumée

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Dans la presse

À 27 ans seulement, la cofondatrice de Sens commun,  qui sera présente au grand meeting de dimanche, a intégré l’organigramme  de campagne de François Fillon. Et s’est imposée dans le paysage  politique tout en revendiquant sa différence.

En l’espace de quatre ans, Madeleine de Jessey a connu une progression fulgurante. Au point d’être désormais sur le devant d’une scène politique à laquelle rien ne la prédestinait a priori. Elle, la normalienne agrégée de lettres classiques, prof à la Sorbonne qui travaille toujours sur sa thèse sur «la figure de Bethsabée dans la littérature et les arts». Il faut remonter à son enfance et son éducation pour comprendre son engagement.

Ecologie : Comment espérer soigner notre écosystème sans interroger notre mode de consommation ?

Ecrit par Sens Commun sur . Publié dans Accueil, Analyses, Décryptages

Le pic de pollution qu’a connu non seulement l’Île-de-France mais aussi la région Rhône Alpes a été le plus long et intense depuis 10 ans. S’il a été aggravé par un anticyclone favorisant la stagnation de particules fines dans l’air, ce sont bien les émissions de voitures de même que le chauffage au bois qui en sont à l’origine.